Inter-Environnement Bruxelles

STOP 5G : À qui profite le confinement ?

Publié le mercredi 1er avril, par Stéphanie D’Haenens
Version imprimable

Photo : Ben Beard

Jour 10 : L’IBPT lance une consultation publique…sans public

Alors que nous sommes confiné·e·s, l’Institut belge des Services postaux et des Télécommunications (IBPT) a annoncé, mardi 24 mars, le lancement d’une consultation publique jusqu’au 21 avril, relative à l’octroi de droits d’utilisation provisoires à 5 opérateurs (Cegeka, Entropia, Orange, Proximus et Telenet) dans la bande 3,6-3,8 GHz pour permettre le déploiement de la 5G sur tout le territoire de la Belgique. Des droits d’utilisation provisoires qui s’étendent « au plus tard jusqu’au 6 mai 2025 » !

Par le biais de cette initiative, l’IBPT contourne la mise aux enchères des bandes de fréquence dédiées à la 5G faute d’un accord entre les gouvernements fédéral et régionaux. Ce tour de passe-passe du parastatal, proche des milieux industriels, est un déni démocratique et une violation du principe de précaution.

Le collectif Stop5G.be, dont IEB est membre actif, rappelle que les conditions d’obtention et d’exercice des droits d’utilisation de radiofréquences doivent être fixées par arrêté royal, lequel doit notamment déterminer les conditions nécessaires en particulier pour limiter l’exposition du public aux champs électromagnétiques (article 18 de la loi du 13/06/2005).

Or, en ce qui concerne la bande de fréquence de 3,6 GHz, on doit constater une absence complète de données sur les effets biologiques et sanitaires potentiels. Sur la problématique de l’impact sanitaire des champs électromagnétiques (CEM) et en particulier de ceux qui seront utilisés par la 5G, l’organisme d’intérêt public confesse : « L’IBPT n’est pas compétent et ne possède pas non plus les compétences nécessaires en matière d’environnement ou de santé publique. » (source : Étude du 12 septembre 2018 concernant l’impact des normes de rayonnement bruxelloises sur le déploiement des réseaux mobiles).

Le collectif Stop5G.be appelle tou·te·s les citoyen·ne·s à écrire en ce sens à l’IBPT en réponse à la consultation qu’il a lancée à ce sujet.
Lettre type et info sur la procédure à suivre sur stop5g.be.

Jour 20 : Proximus déploie une « 5G-light » dans 30 communes belges

Depuis hier, mardi 31 mars, l’annonce par Proximus, d’un déploiement de la « 5G-light », dans 30 communes de Flandre et de Wallonie a fait coulé beaucoup d’encre. A la clé, bien sûr, pour les habitants de ces communes qui voudraient profiter de cette « expérience client », il faut passer par les cases « nouvelle formule d’abonnement » et « achat d’un smartphone 5G », le tout chez le même opérateur... L’on aurait voulu croire à un poisson d’avril anticipé - certes cynique - mais force est de constater que le « corona-capitalisme » se porte bien, pour reprendre les mots de la journaliste canadienne Naomi Klein.

L’opérateur, entreprise semi-publique, pour 53,5% dans les mains de l’État belge, lance ainsi sa « stratégie 2022 » et signe, dans le même temps, un accord de collaboration stratégique avec Brussels Airport. Souhaitant devenir « l’opérateur de référence en Europe », les « ambitions digitales » de Proximus sont pétries de « croissance rentable », de « performance » et « de nouvelles solutions IoT (internet des objets) », sans égard pour les impacts environnementaux et sanitaires de la 5G, largement démontrés et bafouant le principe de précaution.

Aucune commune bruxelloise n’est directement concernée par ce déploiement. En effet, cette « 5G light » requiert une autorisation administrative de la Région pour une réaffectation du spectre existant. Par ailleurs, les normes en vigueur en Région bruxelloise ne permettent pas un tel déploiement. Par contre, sur la carte disponible ici, l’on constate que plusieurs communes qui entourent la Région le sont, comme celles de Zaventem, Drogenbos, Beersel, Rhode-Saint-Genèse, Hoeilaert, Overijse. Par ailleurs, des zones couvertes débordent sur certaines parties de la Région bruxelloise (Uccle, Forest et Anderlecht).

Le collectif Stop 5G s’active à mettre en place quelques actions. Vous pouvez d’ores et déjà :

  1. signer les pétitions sur stop5g.be.
  2. écrire au collège des Bourgmestre et Échevins des communes concernées par ce passage en force du déploiement de la 5G.
  3. vous êtes « client·e Proximus » ? Faites savoir à l’opérateur que ce déploiement se fera sans vous !

Quelques saines lectures

Lire à ce sujet

Position

Dernier ajout : 25 mai.