Inter-Environnement Bruxelles

Josaphat : on arrête de terrasser à la hussarde !

Publié le mardi 28 avril, par Maud Marsin, Sauvons la friche Josaphat
Version imprimable

Nous demandons au gouvernement régional de suspendre immédiatement l’urbanisation du site Josaphat, de stopper les travaux entrepris ces samedi 25 avril et lundi 27 avril 2020, et de rouvrir le terrain aux habitants et aux naturalistes qui en font la demande. Ce sont des conditions importantes pour calmer les tensions et entamer un débat urbanistique digne de ce nom, sur des bases saines et démocratiques cette fois-ci.

Photo : Philippe Elsen

Ces samedi 25 avril et lundi 27 avril 2020, à la première heure, sans aucun affichage ni aucune information à la population, une excavatrice a créé une large voie de plus de 100 mètres de long à travers la friche Josaphat (et en direction du milieu humide). Ces travaux ont été entrepris à la surprise totale de la commune de Schaerbeek et des habitants. Quelle est l’urgence, pour la Région, de procéder à de tels travaux de terrassement, en plein confinement, alors que les résultats de l’enquête publique ne sont pas encore connus, que le PAD Josaphat n’a pas encore été présenté en deuxième lecture au gouvernement bruxellois, qu’il n’y a aucun permis d’urbanisme ?

Selon la Société (régionale) d’aménagement urbain (SAU), il faut établir une voie d’accès, avec pose de ballast, pour permettre le passage d’engins lourds, pour effectuer des analyses de sol. Or, des analyses de sol ont déjà eu lieu, avec des carottages en profondeur, entre 2014 et 2018 (repris dans le rapport sur les incidences environnementales du PAD Josaphat, en avril 2019). Jamais ces analyses n’ont nécessité d’aménager une telle voie d’accès. Alors, quel est le but ? Faire du jardinage à l’excavatrice ? Ou créer un fait accompli.

C’est un acte anti-démocratique et tout à fait délibéré. Quelle que soit la raison d’être de ces travaux, entreprendre ceux-ci en pleine période de confinement montre bien le faible degré de considération de certains édiles régionaux à l’égard des Bruxellois qui se sont exprimés en décembre dernier, lors de l’Enquête publique. L’intérêt supérieur de la Région commande de construire à tout prix !

Nous demandons ...

  1. Que les travaux de terrassement s’arrêtent, jusqu’à la clôture des procédures de consultation publique (rapport de la CRD, commissions de concertation, etc...) et l’approbation ou non du PAD Josaphat par le gouvernement. Il n’y a ni urgence, ni permis, ni justification.
  2. Qu’entre temps, l’accès au site soit rouvert aux habitants et aux naturalistes qui en font la demande, dans le respect des règles et de la distanciation sociale.
  3. Que la Région bruxelloise offre des garanties satisfaisantes relatives à la préservation de la friche dont la richesse écologique est reconnue par le monde scientifique. En période de pandémie, de confinement et de crise climatique, il en va de la santé publique de tous les citoyens bruxellois.

Bref : Nous demandons au gouvernement bruxellois de respecter le lieu. Être aux commandes d’une administration qui détient un titre de propriété sur cette friche n’autorise pas tout. Il convient en effet que ce pouvoir de détention aille de pair avec des responsabilités envers les habitants de cette ville, et la nature en ville...

PS : Nous tenons donc à vous rappeler que le collectif « Sauvons la friche Josaphat » demande la suspension complète de l’urbanisation du site et sa protection.

Ce site est unique à Bruxelles de par son caractère ouvert et sa biodiversité florissante,
préservée des pesticides, et reconnue par la communauté scientifique.

  • Son axe nord-sud, ouvert et facilement identifiable, en fait un lieu clé pour la migration locale et européenne de nombreuses espèces d’oiseaux.
  • Ce caractère unique est un atout considérable pour la région afin de répondre aux défis environnementaux du 21e siècle et de remplir ses engagements en faveur du climat et de la biodiversité.
  • De plus, sa topologie enclavée le rend inadapté à des projets de logements, créant de nombreux défis en matière de gestion des eaux, de mobilité, etc. problèmes d’ailleurs reconnus par Perspective Brussels et mentionnés à maintes reprises dans le RIE (rapport d’incidences environnementales).
  • Dans un cadre de ralentissement de la croissance démographique, il y a de nombreuses autres solutions, plus adaptées et écologiquement plus responsables (comme la rénovation du bâti existant ou la division de maisons bruxelloises) pour répondre aux défis démographiques de Bruxelles.

Maud Marsin - Sauvons la friche Josaphat


Soutien

Dernier ajout : 29 septembre.