Inter-Environnement Bruxelles

Interparking aujourd’hui

Sur les 34 parkings dits « publics » [1] situés dans le Pentagone, 17 sont gérés par Interparking, une société qui entretient, depuis sa création, des liens privilégiés avec la Ville de Bruxelles.

© François Hubert - 2021

De ses débuts à nos jours, l’histoire d’Interparking n’est qu’une longue succession de changements de noms ou de mains, de fusions, de reprises, de recapitalisations et/ou de cessions de participations,… propres à donner le vertige aux contrôleurs du fisc et aux imprimeurs des annexes du Moniteur !

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Filiale à 90% de la société AG Real Estate [2], Interparking vit un nouveau tournant, en juillet 2014, avec la vente de 39% des actions d’AG Real Estate à l’Office d’Investissement du Régime de Pensions du Canada.

« Cette opération contribue à l’enveloppe financière dont nous disposons pour étendre davantage notre portefeuille immobilier et que nous déploierons progressivement dans nos marchés cibles et au travers de nouveaux partenariats, commente Serge Fautré, CEO d’AG Real Estate. (…) Interparking correspond à notre portefeuille de placements en infrastructures et notre horizon de placement à particulièrement long terme. »

En parlant de ce « portefeuille immobilier », Serge Fautré, CEO d’AG Real Estate (et vice-Président d’Interparking), accordait, en 2013, une interview au magazine Trends, à l’occasion du MIPIM, le salon international de l’immobilier d’entreprise, qui a lieu au mois de mars de chaque année à Cannes, sur sa célèbre Croisette.

Morceaux choisis de l’article

« Nous avons un milliards d’euros à investir [3] »
Trends-Tendances :
Qu’avez-vous envie de faire passer comme message à la veille du Mipim, où acteurs publics et privés belges et internationaux vont se croiser par milliers ?
Serge Fautré : Il y a un besoin urgent de concertation entre acteurs publics et privés bruxellois. On peut le faire de manière programmée et structurée, dans le cadre de PPP (partenariat public-privé) ou de procédures de permis classiques. Mais on doit également provoquer cette concertation de manière plus informelle et récurrente.

On se rappelle, à ce sujet, les déclarations d’Els Ampe [4], lors de la rencontre du 9 décembre 2014, à l’Hôtel de Ville : « J’ai demandé aux sociétés privées, de manière informelle : Est-ce que vous seriez intéressées ; j’ai posé la question à 20 sociétés de parking et sur les 20 sociétés, il y en avait beaucoup qui étaient intéressées. (…) Il faut quand même d’abord voir si il y a de l’intérêt avant de lancer le dossier, c’est normal… »

Interrogée sur l’identité de ces « 20 sociétés » de parking avec lesquelles elle dit avoir eu des contacts « de manière informelle », l’échevine de la Mobilité répond qu’elle ne se souvient pas de tous les noms mais renvoie à la liste des participants, tiens, du MIPIM 2013, où elle était elle-même présente… Un plus loin, dans l’article du Trends, Serge Fautré ajoute : Pour notre filiale internationale Interparking plus précisément, c’est aussi une chance unique de découvrir de nouveaux projets immobiliers commerciaux en Europe et d’agir en amont sur le volet « parking ».

En amont de projets immobiliers commerciaux : tout un programme…

T-T : Comment voyez-vous votre filiale internationale Interparking progresser sur les marchés étrangers ?
S.F. : Un effectif de 2 000 personnes, 290 000 places de parking réparties sur neuf pays, cela se mérite et cela se gère activement. Nous avons d’ailleurs été à deux doigts de perdre cette pépite du portefeuille quand la banque a failli tomber en faillite et qu’il a fallu renflouer les caisses avec les actifs « maison ».

En effet, on s’en souvient : le contribuable avait activement contribué à ce renflouement…

Terminons ce rapide tour d’horizon par un article du Soir [5], d’octobre 2010, intitulé « AG Real Estate tient le cœur de Bruxelles entre ses mains ».

S.F. : Nous tâchons d’avoir une vision globale du centre de Bruxelles, rapporte Alain De Coster, à la tête de l’activité de développement d’AG Real Estate. Il s’agit de notre berceau historique. Vous savez, les assurances AG y sont présentes depuis 1824. » (…)
À l’échelle de la Belgique, un géant immobilier, pesant en 2009 quelque 3,8 milliards d’euros. Avec des projets plein les cartons. Et une solide force de frappe : une capacité d’investissement de 450 millions d’euros par an, répartie entre le département « asset management », la gestion de parkings via Interparking et l’activité de développement. »

Juste une question… Et les citoyens, dans tout ça ?

Isabelle Marchal
23 janvier 2015