Inter-Environnement Bruxelles

Les bonnes affaires de la rentrée

Publié le mercredi 7 octobre, par Damien Delaunois
Version imprimable

Photo : Olivier Spinewine & Jiacinto Branducci

Nouvelle rentrée et vieilles recettes, tel pourrait être le slogan de l’aménagement du territoire en Région Bruxelles-Capitale. Fallacieusement justifié par un boom démographique obsolète, le « développement territorial » de la Région se déploie au détriment des habitants, dont les besoins sont relégués derrière les intérêts de la promotion immobilière et des investisseurs. À travers trois articles, ce Bruxelles en mouvements revient sur cet urbanisme spéculatif. Ainsi les Plans d’aménagement directeur, largement dérogatoires et établis en amont de la consultation du public, consacrent une densification à outrance dont les besoins sociaux et environnementaux ne sont nullement démontrés. Un exemple singulier en est donné à travers l’exemple du PAD de la Gare de l’Ouest. Hors PAD, la même logique de surenchère, inutile au regard d’un objectif de justice sociale et environnementale, est à l’œuvre dans les quartiers populaires du Vieux Molenbeek.

En mobilité aussi on recourt aux vieilles recettes. Plusieurs indices laissent en effet penser que l’« optimalisation » du ring portée par la Flandre, dossier presque vingtenaire dont un nouveau chapitre devrait s’ouvrir à l’automne, ressemblera à un élargissement. S’il n’est pas contradictoire avec les principes du plan régional de mobilité Good Move, le projet flamand n’en est pas moins délétère pour celles et ceux qui n’ont pas la chance d’habiter un quartier appelé à être « apaisé » du trafic automobile et de ses nuisances. Plus fondamentalement, le sort du périphérique « bruxellois » ne peut être compris sans tenir compte des évolutions que connaissent l’aéroport de Zaventem et le port d’Anvers, voués tous deux à être agrandis. Quelle sera l’attitude de la Région bruxelloise face à ce projet rétrograde, elle historiquement si peu encline à un positionnement tranché ?

Comme la rentrée n’est pas qu’un retour au même, mais également l’occasion de dégager l’horizon des possibles, ce Bruxelles en mouvements se penche sur la manière dont se sont assemblés des « défenseurs sensibles » de territoires malmenés par la promotion immobilière, et ce à Forest, Schaerbeek et Uccle. Qu’est-ce qui explique l’émergence d’une mobilisation ? Sur quel type de liens repose-t-elle ? Quels enseignements les premiers intéressés tirent-ils de leur expérience ? Autant de questions qui, nous l’espérons, intéresseront les personnes engagées, et surtout toutes celles qui hésitent à le faire.


Damien Delaunois

Téléchargez


Bruxelles en mouvements

Dernier ajout : 29 octobre.