Inter-Environnement Bruxelles

Bolsonaro : une année de sape du logement social

Publié le lundi 30 décembre 2019, par Chantal Rayes
Version imprimable

Bolsonaro : une année de sape du logement social ·

Au Brésil, la politique ultralibérale menée par le leader d’extrême droite s’emploie à casser les programmes sociaux mis en place par la gauche de Lula et Dilma Rousseff. A commencer par le secteur de l’habitat.

Des tours, quelques bandes de pelouse, des allées en courbe et même une placette dite « de l’amour ». On en oublierait presque que c’est du logement social. L’imposant complexe résidentiel Florestan Fernandes-José Maria Amaral ne passe pas inaperçu dans le paysage fracturé de Cidade Tiradentes, lointaine banlieue de São Paulo. A priori, les 396 appartements sont prêts. Pourtant, leurs futurs propriétaires n’ont toujours pas emménagé. Ici, des câbles en attente de raccord, là, des cages sans ascenseurs… Des finitions importantes sont en souffrance. « Les caisses sont vides, le gouvernement nous a mis au pain sec », accuse Jorge Mendes, activiste du Mouvement de lutte pour le logement qui pilote le projet. Ici, tout le monde est du mouvement dit « des travailleurs sans terre ». Et les femmes sont en première ligne.

Cristiane Lima reçoit dans la salle dépouillée d’où elle coordonne le chantier. Son ton est amer. « Depuis le putsch qui a chassé la gauche du pouvoir, les travaux s’étiolent », regrette-t-elle, par allusion à la destitution en 2016 de l’ancienne présidente Dilma Rousseff (Parti des travailleurs, PT). Et de dénoncer un « manque de volonté politique », d’abord de son successeur direct, Michel Temer, et maintenant de l’actuel président d’extrême droite, Jair Bolsonaro, arrivé à la tête du Brésil il y a un an. « Hormis un versement début 2019, nous n’avons plus rien reçu, reprend la militante. A chaque échéance, ils nous réclament encore et encore de la paperasse. A croire qu’on veut nous punir de lutter pour nos droits. »
Convoitises

Le chantier avait démarré en 2013, dans le cadre du plan de subventions à l’achat de logements populaires dit Minha Casa Minha Vida (« Ma maison ma vie »). Cleide habite le bloc A. Quelques dizaines de familles se sont en effet installées pour déjouer les menaces d’« invasion ». « Le crime organisé guette pour mettre la main sur les lieux comme ils l’ont fait ailleurs », explique cette quadragénaire au chômage. La mise en service prochaine d’un monorail dans le secteur a aiguisé les convoitises… Cleide n’en pouvait plus de vivre en location. Car même la gauche n’a pas osé encadrer les loyers, qui consument les petits revenus. Devenir propriétaire ? « Sans le PT, jamais ça n’aurait été possible, assure-t-elle. Il faut dire aussi que j’ai beaucoup lutté… et porté des blocs de béton, et assemblé des dalles. » Sur ce chantier, chacun prend part à la construction de son futur logement. La quarantaine enjouée, Elizangela, elle, a vécu des années dans un squat sans eau ni égouts. Cidade Tiradentes, ce n’est pas le Pérou. Les écoles et l’unique clinique du quartier risquent d’être débordées par l’afflux des nouveaux venus. Mais « ici, les logements sont dignes », se félicite la petite femme, qui habite un coquet 58 mètres carrés. Face aux atermoiements de l’Etat, Elizangela et les autres se sont résignés à financer eux-mêmes la fin des travaux : « Bolsonaro dit que l’argent manque, mais il en a bien trouvé pour autre chose », gronde-t-elle.

Depuis l’arrivée au pouvoir de l’ex-militaire, le plan « Ma maison ma vie », lancé en 2009 par l’ancien président Lula, est paralysé. Pas un seul nouveau projet n’a été approuvé pour la « tranche 1 » de revenus (jusqu’à 400 euros mensuels), soit les ménages les plus pauvres, dont le logement est subventionné à hauteur de 90 %. La part des projets s’adressant à ce public, qui répond pour l’essentiel de la demande de logement, était déjà tombée à 20 % du temps de Michel Temer. Jusqu’en 2013, sous le PT, elle était de l’ordre de 80 %… « Certes, la crise est passée par là, et le coup de frein était prévisible, mais les restrictions budgétaires ne sauraient justifier la suppression des subventions à ceux qui en ont le plus besoin », martèle Danielle Klintowitz, de l’institut Polis, un think tank sur les politiques urbaines. « Ils veulent faire des logements pour ceux qui ont de quoi les payer, ironise Renata Miron, architecte chez Ambiente, une étude qui collabore avec les mouvements populaires. Pour ce gouvernement néolibéral, c’est l’individu qui doit être tenu responsable des manquements de l’Etat. »
« Boycott »

Alors que Brasília assure que les contrats seront honorés, quelque 9 000 chantiers sont à l’arrêt. Que des mouvements de sans-logis en soient parfois les maîtres d’ouvrage (une concession de Lula à ses alliés), comme à Cidade Tiradentes, n’arrange rien. Renata Miron parle volontiers de « boycott ». Car Bolsonaro n’aime pas l’activisme, auquel il avait juré de « mettre fin » pendant sa campagne. Cependant, les construtoras, les entreprises du bâtiment qui se taillent la part du lion dans « Ma maison ma vie », se plaignent aussi de retards de paiement. Officiellement, le gouvernement veut « reformuler » la politique de logement, mais le chef de l’Etat est accusé de vouloir « liquider » une bannière emblématique de son principal adversaire, le PT.

En dix ans, « Ma maison ma vie » a coûté aux coffres publics quelque 25 milliards d’euros en subventions. Plus de quatre millions de logements ont été construits… Sans pour autant empêcher l’aggravation du déficit de logements (estimé à 7,8 millions d’habitations). De fait, la construction en lisière des villes, où les terrains sont moins chers mais où les infrastructures manquent, la difficulté à vivre en copropriété, voire la mainmise des gangs criminels ont contraint des bénéficiaires du programme de logement de Lula à renoncer à leur appartement. La ruée du secteur du BTP sur les terrains a par ailleurs contribué à renchérir les loyers, qui ont doublé entre 2008 et 2017. Enfin, la flambée du chômage a achevé de jeter les gens à la rue. Sans parler des construtoras, qui ont amassé d’énormes profits en faisant des boîtes à chaussures en série pour les pauvres. « Que Bolsonaro corrige ce qui doit l’être, qu’il rebaptise le plan si ça lui chante, mais qu’il ne jette pas le bébé avec l’eau du bain, plaide l’architecte Ricardo Gaboni, responsable de l’étude Ambiente. Or, jusqu’ici, il ne propose rien de concret. » « Sans politique de logement, les occupations vont se multiplier », prévient Evaniza Rodrigues, de l’Union nationale des mouvements populaires, qui s’inquiète aussi de l’offensive bolsonariste contre les mobilisations sociales : « Le gouvernement veut changer les lois pour criminaliser la lutte pour le logement. »

Chantal Rayes correspondante à São Paulo. Photo Victor Moriyama


Chantal Rayes

Libération.fr


Ailleurs

Dernier ajout : 20 septembre.