Inter-Environnement Bruxelles

Communiqué de presse

Action STOP 5G devant le siège d’Agoria

Publié le mercredi 29 janvier, par Collectif Stop 5G
Version imprimable

Ce mercredi matin, une vingtaine de militant·e·s du collectif Stop5G.be se sont réuni·e·s boulevard Reyers devant le siège d’Agoria (Fédération des industries des télécommunications et du numérique) afin de perturber la quiétude des industriels et décideurs politiques qui se rendaient à l’édition 2020 de « La conférence européenne 5G ». Une action ludique où les militant·e·s ont surtout distribué des tracts et mesuré les radiations émises par ceux et celles qui décident, absurdement, de la marche du monde, en toute impunité et sans le moindre débat démocratique.

Action STOP 5G devant le siège d’Agoria ·

8h45. Un ballet de taxis dépose, à 100 mètres de la RTBF, sous l’œil vigilant de la police déployée en nombre, des affairés (9/10 sont des hommes) aux intérêts économiques des équipementiers et opérateurs télécoms et quelques commissaires et députés européens. Nokia, Huawei, Ericsson, Qualcomm, Orange, GSMA – Association qui représente les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile dans le monde entier, ESOA - Association de tous les opérateurs de satellites en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique,.... sponsorisent la conférence. Objectif de cette grand-messe annuelle ? Assurer le déploiement pratique de la 5G dans une collaboration étroite entre les États membres, l’industrie et la nouvelle Commission von der Leyen.

En septembre 2016, la Commission européenne a publié un plan d’action ambitieux pour la 5G — 5e génération des normes de la téléphonie mobile —, une technologie présentée comme un progrès sans précédent pour tous. Elle constituerait une opportunité économique incontournable.

Depuis lors, les discours officiels, largement relayés par les médias, visent à nous convaincre que le seul enjeu consiste à faire partie du groupe des dominants dans la compétition économique mondiale grâce à cette nouvelle technologie de télécommunication qui assurera une interconnexion ultra rapide omniprésente des humains et de tous les objets et animaux de leur quotidien (IdO, Internet des objets).

Cerise sur le gâteau, la propagande du 5G-PPP.eu, le partenariat public-privé qui lie la Commission européenne et l’industrie des télécommunications, nous dit que les services rendus par la 5G seraient fournis avec un gain énergétique de 90 %.

Pourquoi Stop5G.be s’oppose à ce « meilleur des (m)ondes ? »

La conséquence évidente du déploiement de la 5G sera une importante pollution électromagnétique qui s’ajoutera à celle qui a explosé depuis le déferlement des technologies sans fil des 25 dernières années et constitue dès à présent un problème de santé publique majeur largement dénié par les autorités publiques de la santé.

  • L’inconnue des ondes millimétriques : avec le recours aux ondes millimétriques, spécificités de la 5G, on plonge dans l’inconnu ; quasiment aucune étude n’a été consacrée aux effets biologiques de l’exposition à ce type de rayonnements.
  • L’environnement planétaire perturbé : la 5G a été conçue pour connecter jusqu’à un million d’objets par km² 24 heures sur 24. Pour couvrir chaque cm² de la Terre, les communications par satellites en orbite basse ont été intégrées dans la norme 5G, contrairement à la 4G, en complément de millions d’antennes terrestres qui devront être installées. Le déploiement massif de satellites de télécommunications, en créant un brouillard électromagnétique permanent, s’apparente à une technique de géo-ingénierie qui perturbera inévitablement l’ionosphère.
  • Autres questionnements : au-delà des problèmes fondamentaux de santé publique que les gouvernements choisissent d’ignorer, les interrogations sont nombreuses quant à l’avenir que trace cette fuite en avant vers le meilleur des (m)ondes. Les effets négatifs de la « prolifération numérique » sur le bien-être personnel — notamment les risques psychosociaux pour les enfants — et le bien vivre collectif sont maintenant bien documentés.
  • Le bilan énergétique, climatique et social de la 5G s’annonce désastreux. La consommation énergétique des nouvelles technologies comme la 5G n’est qu’un aspect de leur impact environnemental. Le nombre et la quantité de métaux utilisés dans les composants électroniques ne cessent d’augmenter à mesure qu’ils se miniaturisent et deviennent plus performants. De surcroît, ces alliages de métaux sont quasi impossibles à recycler.

L’autre invisibilisation relève des conditions de travail désastreuses des hommes et des femmes qui œuvrent, très loin de nous (Chine, Afrique, Amérique latine), à la « transition verte » et la « révolution numérique ». Enfin, le basculement dans l’ère du tout-connecté et de l’automatisation-robotisation impactera inévitablement la nature de nos emplois et nos conditions de travail. Un basculement sociétal pour lequel seul notre consentement est souhaité.

En conclusion

La 5G voulue par les industriels des télécommunications et du numérique et promue par nos gouvernements est une menace inacceptable pour notre santé et celle de tous les êtres vivants. Elle va à l’encontre du principe de précaution, d’une politique écologiquement responsable et des objectifs affichés par l’Union européenne et les signataires de l’accord de la COP21 en 2015 en matière de lutte contre le réchauffement climatique.


Collectif Stop 5G


Présence IEB

Dernier ajout : 27 septembre.