Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Votre Contrat de quartier

… Encore faut-il avoir accès à l’information

Publié le mardi 3 novembre 2015, par Hélène Quoidbach, IEB

Pour réaliser un audit citoyen des Contrats de quartier, il faut, bien sûr, avoir accès à une série d’informations… Et c’est là que les citoyens se demandent, légitimement, si le document qu’ils désirent consulter est public ou non [1].

Le principe veut que le citoyen ait le droit de consulter, d’obtenir des explications et de recevoir copie de toute information détenue par les autorités administratives quel que soit le support (papier, électronique, sonore, visuel…) et sans avoir à justifier un intérêt. Un droit qui est inscrit depuis 1992 dans la Constitution et est entré en vigueur en 1995.

Belgique oblige, il y a en tout 15 textes légaux en vigueur pour traiter la matière relative à l’accès à l’information, selon qu’elle concerne ou non l’environnement, et dépendamment du niveau de pouvoir concerné (fédéral, régional, communautaire, provincial ou communal).

Force est de constater que cette volonté de transparence n’est pas toujours embrassée par nos politiques et nos administrations alors même que, au-delà d’être un pilier de « la bonne gouvernance », l’accès aisé à l’information permettrait une participation effective des citoyens à la chose publique.

Au niveau régional bruxellois, la CADA (Commission d’accès aux documents administratifs) [2], autorité administrative dont les membres sont nommés par le Gouvernement, peut être sollicitée en cas de refus d’accès ou d’absence de réponse de la part de l’administration. Mais la CADA n’est qu’une Commission, pas une juridiction : elle rend des avis et non des jugements, sauf en matière d’environnement où elle a un pouvoir décisionnel. Mais même dans ce cas, elle ne peut pas « forcer » le ministre à délivrer un document… Chez IEB, nous avons eu des cas où un avis favorable de la CADA n’était pas suffisant [3].

Motivation des refus

Les motifs de refus que peuvent invoquer les autorités publiques sont limitativement énumérés dans les textes de loi : demande trop générale, document inachevé, document interne sous réserve de l’intérêt de la divulgation pour le public, respect de la vie privée, confidentialité des délibérations et quelques autres cas [4]. Si un document contient des informations non communicables, il doit être néanmoins communiqué pour autant qu’il soit possible de cacher les passages concernés. Comme exposé plus haut, des recours ou demandes de reconsidération sont possibles. Après avoir sollicité la CADA, on peut ensuite éventuellement aller devant le Conseil d’État, ce qu’IEB a plusieurs fois été contrainte de faire [5].

Automatisation des requêtes et publicité des réponses

Même si des efforts sont réalisés, il nous semble que l’accès à l’information érigé en principe pourrait être davantage soutenu, valorisé, automatisé par les autorités compétentes. Citons « Editoria », portail régional bruxellois d’accès à l’information, qui contient toutefois encore peu de documents [6]. Citons aussi le portail régional « urbanisme.brussels » renvoyant aux sites Internet des communes pour les enquêtes publiques et avis des Commissions de concertation [7], déjà beaucoup plus complet.

On peut signaler ici une initiative citoyenne intéressante en Grande-Bretagne qui vise à rendre les demandes d’information plus faciles. Le site Internet « What do they know ? » vous propose d’indiquer sur un formulaire en ligne l’information recherchée et l’autorité susceptible d’en disposer [8]. Le site Internet a répertorié 16 713 autorités en Grande-Bretagne et leurs adresses… Les réponses sont publiées sur le site Internet et sont donc disponibles pour tous. Le requérant reçoit un courriel quand l’information est disponible. Le site web a été développé grâce à des fondations et œuvres de charité qui s’intéressent à la transparence administrative.

Sur demande, il peut être adapté à d’autres pays [9]. Le logiciel a ainsi été développé pour 20 pays et pour l’Union européenne. À quand en Belgique ? Et avec quels ressources financières ?

Hélène Quoidbach
Inter-Environnement Bruxelles

Documents utiles à demander : le rapport final du Contrat de quartier détaillant le budget de chaque projet et son contenu, la liste des habitants membres des Commissions de Contrats de quartier (particulièrement, ceux n’ayant ni lien institutionnel, ni lien de subsidiation), les procès verbaux des Commissions de quartier, les cahiers de charges et budgets de projets similaires hors Contrat de quartier.

Pour aller plus loin

Deux livres sur la législation applicable en Belgique, consultables à la bibliothèque d’IEB :

  • L’accès aux documents administratifs, sous la direction de David Renders, Bruylant 2008.
  • La participation du public en droit de l’urbanisme et de l’environnement, Michel Delnoy, Larcier 2007.

Notes

[2http://be.brussels Suivre : Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) / Quels sont vos droits ?

[3Pour des exemples, lire « Accès aux documents administratifs la théorie,… et la pratique », op. cit.

[4Pour la Région de Bruxelles-Capitale, citons l’Ordonnance du 30 mars 1995 relative à la publicité de l’administration, l’Ordonnance du 18 mars 2004 sur l’accès à l’information relative à l’environnement dans la Région de Bruxelles-Capitale ainsi que la loi du 12 novembre 1997 relative à la publicité de l’administration dans les provinces et les communes.

[5Pour des exemples, lire « Accès aux documents administratifs la théorie,… et la pratique », op. cit.

Bem 278 – Septembre-octobre 2015

Bem 278 – Septembre-octobre 2015

Dernier ajout : 29 septembre.