Inter-Environnement Bruxelles

Voix de Bruxelles

Article publié le 22 mai 2012 par I E B
Version imprimable

– Ce n’est pas exactement un abattoir industriel ici ! Il y a encore des familles de bouchers ici.
Une famille de grossistes

– Ici c’est déjà une école pour moi, j’ai tout appris en travaillant, j’ai commencé à 14 ans.
Un travailleur

– La première fois quand j’ai travaillé ici, comme je suis musulman et qu’on ne mange pas de porc, j’aimais pas toucher les porcs. Mais maintenant je suis habitué de toucher les porcs mais je n’en mange pas. Jusqu’à maintenant je n’en mange pas. Avant, j’aurais jamais imaginé de travailler dans les porcs. Mais comme j’ai besoin d’argent, c’est obligatoire.
Un travailleur de la filière porc

– J’avais entendu qu’on allait installer une nouvelle chaîne. C’est dommage... C’est clair qu’aujourd’hui c’est plus propre mais il y a pas mal de chose qui sont contre-productives. Je préfère l’abattoir comme c’était à l’époque.
Un travailleur de la filière bœuf

– Les animaux ont plus de droits que nous : eux ils ont à boire dans l’étable, ils peuvent boire, nous dans la chaîne on ne peut pas boire. De ce point de vue là, c’est mal foutu cet abattoir !
Un travailleur de la chaîne des porcs

– Nous sommes Bruxellois, nous sommes ici depuis 50 ans, ici nous avons un œil sur toute la chaîne.
Un grossiste