Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Un programme bruxellois globalement positif, mais sans financement !

Publié le mercredi 15 juillet 2009, par IEB

Elles sont là ! Les grandes lignes du programme de l’équipe qui gouvernera Bruxelles dans les 5 cinq prochaines années. La majorité se rassemble derrière « un développement régional durable au service des Bruxellois ».

GIF - 2.6 ko
Accord de gouvernement de la Région bruxelloise 2009-2014


_ Téléchargez l’Accord
_ de gouvernement de la Région
_ de Bruxelles-Capitale 2009-2014

Un programme globalement positif

On ne peut que s’en réjouir : l’accord gouvernemental est manifestement empreint de préoccupations environnementales et sociales. Le PRD devient durable et parmi les mesures prioritaires on retrouve le souci que « les politiques inscrivent l’ensemble de la Région dans une politique de développement durable » .

En matière de logement et d’aménagement du territoire, les préoccupations environnementales semblent constituer un nouveau référent qui devrait être bénéfique également sur le plan social, puisqu’une attention particulière est portée à ce que ces nouvelles politiques profitent autant, voire plus aux Bruxellois les plus démunis.

La fédération et ses membres participeront avec cœur à la confection du nouveau PRDD et IEB sera vigilant à ce que la multiplication des plans élaborés lors de la dernière législature soit évitée et que ceux-ci soient rediscutés dans le cadre global de l’élaboration d’un projet de ville pour tous les Bruxellois .

Mais pourquoi cet appel au Fédéral, pourtant exsangue ?

La note du gouvernement conditionne la bonne mise en œuvre du programme à un refinancement de la région par le Fédéral. Pourtant, on le sait, ce niveau de pouvoir est exsangue et nul ne peut prétendre à ce stade avoir la garantie d’un refinancement de Bruxelles.

Et c’est très probablement préoccupé par son refinancement que la Région incante à nouveau son développement international, espérant asseoir son statut de capitale nationale et européenne et s’attirer les bonnes grâces d’un gouvernement fédéral jusqu’ici indifférent aux revendications bruxelloises. Car le PDI est toujours là. Certes édulcoré par rapport à sa version initiale mais incidemment introduit un peu partout dans le texte. Prétexte à tout et n’importe quoi. Gageons que les principes du PDI seront également rediscutés à l’occasion de l’élaboration du PRDD.

La solution : le péage urbain !

C’est l’occasion pour IEB de rappeler combien il serait opportun que Bruxelles s’octroie un bonne fois pour toute l’autonomie fiscale à laquelle elle prétend. Cette autonomie passe par l’instauration d’un péage urbain, mesure fiscale vertueuse sur bien des plans : elle muscle Bruxelles politiquement face aux autres régions, libère Bruxelles du joug fédéral en matière de financement de ses politiques, supprime la congestion automobile, diminue les émissions de CO2, libère l’espace public au profit des modes de déplacement actifs (piétons et cyclistes) et des transports en commun et améliore la qualité de l’air à Bruxelles.

A cet égard, l’accord du gouvernement a déjà fait la moitié du chemin en acceptant l’idée d’objectiver la mesure, notamment ses effets économiques et sociaux. IEB se réjouit à l’avance de pouvoir consulter les résultats de cette étude.

Contact : Mathieu Sonck, 0478/203578


Prises de position

Dernier ajout : 24 janvier.