Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Tour et Taxis : répondre aux réalités et aux besoins des quartiers avoisinants

Publié le lundi 23 avril, par IEB

Tags :

L’urbanisation du site de Tour et Taxis continue. Ce 25 avril, la Commission de concertation examine une énième demande de permis dont l’enquête publique vient de se terminer. La succession de permis modificatifs empêche de développer une vision globale qui permettrait d’analyser convenablement les tenants et aboutissants de cette urbanisation massive et ses conséquences sur les quartiers avoisinants, voire même au-delà. Habitants et associations réclament un projet en lien avec les réalités et les besoins des quartiers avoisinants.

Une nouvelle enquête publique vient de se terminer. La commission de concertation est prévue le mercredi 25 avril. Le projet sur lequel elle portait n’est pas totalement neuf. Il s’agit en effet d’une énième demande de permis modificatif. Nous sommes aujourd’hui et probablement demain encore devant une « cascade » de demandes de permis modificatifs. Ceux-ci arrivent au compte-goutte en fonction de l’évolution du marché et des intérêts financiers du demandeur. Cette manière de faire empêche de développer une vision globale qui permettrait d’analyser convenablement les tenants et aboutissants de cette urbanisation massive et ses conséquences sur les quartiers avoisinants, voire même au-delà. Ce qui est également un frein à une implication active des habitants et des associations.

Mobilité

À l’heure actuelle, aucune desserte en transports en commun digne de ce nom ne permet le développement du site tel qu’envisagé. Il faut rappeler en effet que l’étude d’incidences du Plan particulier d’aménagement du sol (PPAS) récemment adopté stipule qu’une ligne de tram à haut niveau de service est une condition à la réalisation du plan dès que le site de Tour et Taxis sera urbanisé à 50%. Le développement d’un tel quartier nécessite une solution viable pour la mobilité.

Espaces verts

Si le parc a bien été réalisé sur le site, les accès prévus dans le PPAS adopté en mai 2017 se font toujours attendre, alors que les quartiers en bordure du site manquent cruellement d’espaces verts.

Logements et charges d’urbanisme

En 2013, un arrêté instituant les charges d’urbanisme a été adopté. Le gouvernement affirmait dans ce cadre sa volonté de mettre à contribution la promotion immobilière privée afin de développer un parc de logements « abordables ». Depuis le début des projets de construction sur ce site, un flou entoure cette question. De nombreux logements conventionnés doivent encore être construits. Il semble qu’aujourd’hui les intérêts financiers soient la ligne directrice. Il est temps que les pouvoirs publics donnent une autre direction au développement de ce site.

Contacts

  • Comité de quartier Maritime, Rose-May Liebaert, 0488/88 08 51.
  • Comité de quartier Libérateur, Emmanuel Brasseur, 0471/24 44 75 (FR), Wannes Dearcke, 0493/24 73 88 (NL).
  • ARAU, Jean-Michel Bleus, 02/219 33 45.
  • Bral, Toha De Brant, 0485/27 23 07.
  • IEB, Mohamed Benzaouia, 0471/03 79 97.
JPEG - 36.1 ko
Illustration : Axel Claes.

Prises de position

Dernier ajout : 23 juillet.