Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Test pour le piétonnier place de la Vaillance : peut mieux faire !

Publié le vendredi 19 mai, par IEB

La commune d’Anderlecht a décidé d’entamer une phase test d’une période de 3 à 6 mois pour la piétonisation d’une partie de la place de la Vaillance et de l’avenue Paul Janson. La Plateforme Vaillance réclame une étude de mobilité qui pourrait objectiver la (non-)pertinence de construire un parking souterrain de 235 places à la place de la Vaillance et demande qu’un vrai processus de participation pour le réaménagement de surface soit mis en œuvre.

Pour la Plateforme, la fermeture temporaire de la place de la Vaillance serait une excellente occasion de tester, de façon participative, différents aménagements en collaboration avec les commerçants, les habitants et les usagers de la place.

Infos : mob.vaillance.dapperheid@gmail.com, page Facebook.

Communiqué de la Plateforme Vaillance


Aujourd’hui, jeudi 18 mai, le Conseil communal approuvera la mise en œuvre d’une « phase test » pour la piétonisation d’une partie de la place de la Vaillance et de l’avenue Paul Janson. Cette « phase test » fait suite à une étude de mobilité de la STIB dans le cadre du projet Avanti (étude des mesures afin d’améliorer la vitesse commerciale des véhicules de la STIB). Pour une période de 3 à 6 mois, la circulation dans le centre historique sera fondamentalement modifié. Si le test est concluant, il sera envisagé de fermer définitivement la rue de la place de la Vaillance (entre les rues Wayez et Saint-Guidon) en prévision de sa piétonisation.

La Plateforme Vaillance est, depuis sa création, demandeuse d’une étude de mobilité pour le centre d’Anderlecht. Nous avons insisté sur la nécessité d’une telle étude lors de nos interpellations au Conseil communal du 29 octobre 2015 et du 23 juin 2016. Selon nous, une étude de mobilité pourrait objectiver la (non-)pertinence de construire un parking souterrain de 235 places à la Place de la Vaillance. Cet aspect n’a pas fait partie de l’étude de mobilité menée par la STIB. Dans l’analyse préparatoire à la « phase test », le parking souterrain a été considéré comme une condition de base. La problématique du parking souterrain ne sera donc étudiée nulle part.

D’où notre première question : pourquoi le Collège n’a-t-il pas saisi l’occasion de combiner l’étude effectuée dans le cadre du projet Avanti avec une étude plus générale sur la mobilité dans le centre historique d’Anderlecht, qui aurait permis d’objectiver la (non-)pertinence du parking souterrain ?

Le fait qu’aucune étude de mobilité générale n’ait été faite a des implications importantes. La mise en œuvre de la « phase test » proposée dans le cadre du projet Avanti permettra uniquement de mesurer les effets d’une piétonisation de la place de la Vaillance avant la construction du parking souterrain, mais ne permettra pas, vu sa temporalité, de mesurer les incidences après cette construction. Les effets d’aspiration de trafic routier d’un parking de telles dimensions aura des effets importants sur les rues avoisinantes, d’autant plus pour la rue Veeweyde dans laquelle l’entrée du parking souterrain est prévue. Les modifications de la circulation au carrefour de la rue Veeweyde et la rue de la Procession constituent pourtant un des enjeux les plus importants de la « phase test ».

D’où notre deuxième question : à quoi serviront, selon le Collège, les conclusions de la »phase test », sachant que les résultats ne seront plus significatifs une fois que le parking souterrain sera construit ?

La Plateforme Vaillance s’est toujours prononcée pour une réaménagement de qualité pour la Place de la Vaillance via un processus participatif. Dans le cadre de la « phase test » qui est proposée, la rue de la place de la Vaillance sera fermée entre les rues Wayez et Saint-Guidon. Selon nos informations, cette fermeture de rue n’est pas accompagnée d’un réaménagement temporaire de la voirie, qui restera donc non utilisée pendant plusieurs mois. Selon nous, ceci serait une excellente occasion de tester, de façon participative, différents aménagements en collaboration avec les commerçants, les habitants et les usagers de la place.

D’où notre troisième question : pourquoi le Collège ne saisit-il pas l’occasion pour entamer un vrai processus de participation pour le réaménagement de surface de la Place de la Vaillance ?


Actions

Dernier ajout : 24 août.