Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Tenreuken à Watermael-Boitsfort : un projet limite...

Publié le mercredi 3 février, par IEB

Ce mercredi 3 février, la commission de concertation de Watermael-Boitsfort a examiné le projet de logements haut de gamme « Tenreuken ». Natagora, Bruxelles Nature, Les Amis de la Forêt de Soignes, ainsi que de nombreux riverains, étaient présents pour dénoncer la démesure du projet et l’impact significatif sur le quartier et l’environnement.

Le projet de logements haut de gamme « Tenreuken » à Watermael-Boitsfort a été discuté ce mercredi 3 février devant la commission de concertation. Le propriétaire du terrain, la société Cofinimmo, a l’intention de réaliser la construction d’une maison unifamiliale et de 5 immeubles passifs de haut standing composé de 82 appartements. Proche du site d’Axa à la lisière de la commune d’Auderghem et de la Forêt de Soignes, le site est enclavé entre des zones d’espaces verts et trois stations Natura 2000. C’est donc un milieu particulier en vertu de son caractère écologique mais également paysager. En effet, la vallée de la Woluwe toute proche, composée d’une chaîne d’étangs, accueille différentes espèces protégées dont des chauves-souris qui migrent depuis la Forêt de Soignes. Par ailleurs, la lisière sud est reprise en ZICHEE [1] pour sa qualité paysagère.

Natagora, Bruxelles Nature, Les Amis de la Forêt de Soignes, ainsi que de nombreux riverains, étaient présents pour dénoncer la démesure du projet et l’impact significatif sur le quartier et l’environnement.

Les principales critiques au projet dénoncent l’impact dommageable au maillage vert et au paysage au vu de l’ampleur du projet et des dérogations injustifiées quant à la hauteur déraisonnable des immeubles [2].

Le manque de précisions dans les mesures compensatoires proposées en contrepartie du déboisement des 301 arbres qui devraient être abattus sur le terrain actuellement boisé a été relevé.

Il a également été mis en évidence le manque d’ambition du point de vue de l’incitation au recours à des mode de transport alternatif à la voiture puisque 1,4 place de parking étaient prévues par logement alors que la norme minimale reprise au RRU est de 1.

De plus, il a également été mis en exergue l’incompatibilité du projet avec les besoins actuels en logement au sein de la Région, le logement de standing ne répondant pas au défi de la crise du logement actuelle qui appelle au renforcement de l’offre en logements sociaux.

Ce projet pose une nouvelle fois la question de l’urbanisation des espaces verts et semi-naturels bruxellois et de leur futur mais aussi de la préservation de leur rôle écologique au sein du réseau écologique bruxellois. D’autre part, Tenreuken ravive l’incohérence et la difficulté d’obtenir une vision globale de la densification d’une zone car le projet n’est pas isolé. Le site Axa ainsi que différents autres espaces limitrophes feront l’objet de futurs constructions rendant partielle l’évaluation des incidences sur la zone concernée.

Nous espérons que la commission de concertation s’opposera au projet. Une fois que celle-ci aura délibéré, le permis sera dans les mains d’un fonctionnaire délégué de la Région.

Notes

[1Zone d’Intérêt Culturel, Historique, Esthétique ou d’Embellissement

[2Les immeubles du projets serait d’un gabarit R+5 ou R+6 alors que le quartier est composé de maisons avec un R+1.


Présence IEB

Dernier ajout : 1er octobre.