Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Suppression des trains de nuit : les usagers ne lâchent rien

Publié le samedi 3 décembre 2016, par Coralie Schaub

Alors que six lignes sur huit sont soit déjà supprimées soit en passe de l’être, la mobilisation citoyenne s’amplifie pour sauver ces trains pratiques, économiques et écologiques.

L’Etat se désengage ces mois-ci de six lignes de trains de nuit sur huit, comme il l’avait annoncé en juillet, les condamnant à disparaître si aucun repreneur ne se manifeste. Mais la mobilisation citoyenne, elle, ne faiblit pas. Au contraire, elle prend même de l’ampleur. « Le 15 octobre, 200 personnes sont venues accueillir les gens qui débarquaient du train de nuit en gare de Perpignan, raconte Claire Brun, une prof qui a contribué à la naissance, au printemps, du collectif Oui au train de nuit. Vous vous rendez compte, un samedi matin à 7 heures, 200 personnes ! Cela nous a réconfortés et encouragés, nous avons désormais des relais dans plus d’une quinzaine de villes en France », Ce « mouvement spontané de citoyens, pas du tout politique », a lancé une pétition en ligne, signée par plus de 11 500 personnes.

Depuis le 26 novembre, des usagers se sont donné rendez-vous dans les gares de Bordeaux, Albi, Pau, Tarbes, Rodez, Chambéry, Toulouse, Perpignan, Carcassonne, Bagnères de Bigorre, Saint-Gaudens, Strasbourg ou Paris pour clamer leur attachement à ces trains sur des banderoles et pancartes. Ils étaient parfois une poignée, parfois une grosse soixantaine, de tous âges, souvent grisonnants et souriants. Ce vendredi, deux rassemblements étaient encore prévus à Foix et Bayonne.

A lire aussi Le crépuscule des trains de nuit
Trains d’équilibre du territoire

« Alors que le secteur des transports est à lui seul responsable de plus de 30% des rejets de gaz à effet de serre et que le train reste de loin le moyen de transport le moins polluant, l’Etat décide de manière irresponsable de supprimer une partie des "Trains d’équilibre du territoire" dont il est gestionnaire », dénonce le mouvement altermondialiste Bizi !, qui a relayé l’appel à la mobilisation à Bayonne. « Ce n’est pas pour rien que ce réseau a été baptisé ainsi, "Trains d’équilibre du territoire", rappelle Claire Brun. Il permet des liaisons avec des régions excentrées, de manière écologique et pratique, sans perdre de temps en journée. S’en priver, c’est se priver de beaucoup de choses, c’est insensé ! Ces trains rendent des services qu’on risque de regretter comme on regrette aujourd’hui les tramways d’il y a cinquante ans. » Alors que deux lignes ont déjà été supprimées le 1er octobre (Luxembourg-Strasbourg/Portbou-Nice et Paris-Saint-Gervais/Bourg-Saint-Maurice), la fin de l’emblématique Paris-Cerbère (Perpignan) est annoncée pour le 10 décembre (le train sera limité à Toulouse). Les trains Paris-Nice et Paris-Hendaye/Tarbes disparaîtront en 2017. In fine, seuls seraient sauvegardés les trains Paris-Briançon et Paris-Rodez/Latour de Carol. Mais les usagers veulent croire qu’il est encore temps de sauver les autres.

« Ce n’est qu’un au revoir »

« On prépare des événements les 9 et 10 décembre à Paris et Perpignan pour dire que ce n’est qu’un au revoir », confie Claire Brun. Avec son groupe local, elle multiplie les démarches, se démène pour alerter les politiques. Mardi, elle fera partie d’une petite délégation qui rencontrera le préfet de la région Occitanie (fusion de Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon). Le 13 décembre, ils seront reçus au ministère des Transports, en compagnie de cheminots et de députés de la région. « Un détail éloquent : pour aller à notre rendez-vous, il n’y aura plus de trains de nuit. Nous devrons dormir à l’hôtel à Paris et perdre une demi-journée le lendemain pour revenir, soupire-t-elle. Alors qu’en train de nuit, nous serions revenus dès le lendemain matin à Perpignan en ayant traversé la France pendant notre sommeil… »

Le collectif Oui au train de nuit n’est pas tout à fait seul dans son combat. Il reçoit le soutien de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut), qui rassemble 160 associations implantées dans toutes les régions françaises. Celle-ci a publié mercredi un communiqué de presse dénonçant les « suppressions injustifiées » des trains de nuit et appelant les régions à se mobiliser. « Imaginer qu’on peut les remplacer par des avions low-cost est absurde, il n’y a rien de mieux pour tuer les villes moyennes, c’est du contre-aménagement du territoire ! Et les bus Macron, ce n’est pas beaucoup mieux, nous sommes censés être le pays de la COP21…, s’insurge Jean Lenoir, le vice-président de la Fnaut. Nous estimons qu’il y a de vrais besoins, un vrai marché. La Grande Bretagne, par exemple, a commandé pour ses trains de nuit du matériel fabriqué en France, il y a donc aussi des emplois en jeu, et des pistes d’améliorations. Donc nous ne lâcherons pas prise. »
« Dégradation de l’offre »

La Fnaut pointe notamment le fait que la baisse de fréquentation mise en avant par le gouvernement pour justifier sa décision « est liée d’abord à la dégradation de l’offre : circulations non quotidiennes, disparition des sièges inclinables, trains supprimés, retards récurrents, trains ralentis et arrivées trop tardives en matinée, tarifs excessifs, mise en vente tardive ». Autrement dit, comme le souligne Bizi !, « l’Etat et la SNCF ont tout fait pour organiser la chute de la fréquentation ».

Pour rentabiliser les trains de nuit, la Fnaut préconise d’« associer plusieurs offres (lits, couchettes, sièges inclinables, service auto-moto/train), en jumelant plusieurs destinations (trains multitranches), en faisant du cabotage en début et en fin de parcours, et en réutilisant le matériel le jour ». La fédération estime aussi que certaines dessertes peuvent être maintenues à un coût modéré. Ainsi, « trois relations peuvent être assurées en les jumelant avec les relations maintenues : Paris-Marseille-Nice avec Paris-Briançon, Paris-Portbou et Paris-Hendaye avec Paris-Latour-de-Carol ». Mais Jean Lenoir regrette que « les régions ne se mobilisent pas. Il y a eu beaucoup de discussions, mais à notre connaissance aucune demande, aucune intervention officielle pour défendre leurs trains de nuit ».

Philippe Richert, président de la région Grand Est et de l’Association des régions de France (ARF) a bien cosigné avec une vingtaine d’élus (dont 18 maires) une lettre adressée le 16 septembre à Alain Vidalies, le secrétaire d’Etat chargé des Transports, afin de s’opposer à la suppression de la plupart des lignes de trains de nuit. « Nous sommes convaincus que le train de nuit pourrait séduire la clientèle si le confort était au rendez-vous », écrivent-ils. Ces élus et les usagers seront-ils entendus ? « Les négociations entre l’Etat et les régions se poursuivent », se contentait-on de dire la semaine dernière au cabinet d’Alain Vidalies. A suivre.
Coralie Schaub

Voir en ligne : Libération.fr – Futurs

Ailleurs

Ailleurs

Dernier ajout : 24 octobre.