Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Rencontre des luttes urbaines

Publié le mercredi 14 octobre 2015, par IEB

Des collectifs mobilisés sur les questions urbaines débattent des finalités et des méthodes de leur action. Au programme de la journée du 7 novembre : contre-projet et contre-expertise, recours en justice, participation du grand public, rapports aux médias et aux réseaux sociaux, consultation populaire...

Le samedi 7 novembre de 9 h à 18 h, à La Halte, rue de la Casquette, 4, à 4000 Liège. Une co-organisation d’urbAgora et d’Inter-Environnement Bruxelles.

Le programme est maintenant disponible. Il sera encore complété, en fonction des nombreux collectifs qui ont émis leur intention de participer à la rencontre. Si vous souhaitez vous inscrire, ne tardez pas !

Infos et inscriptions : http://urbagora.be.

 

Programme de la journée de
rencontre des luttes urbaines

7 novembre 2015, La Halte
Co-organisation IEB et urbAgora

9h Ouverture des portes, petit déjeuner

9h45 Plénière d’ouverture

Mot de bienvenue des organisateur (5’)

Brève présentation (quelques minutes et quelques images) de 8 à 10 collectifs

10h45 Ateliers du matin

Les ateliers du matin et ceux de l’après-midi sont conçus pour se suivre, deux par deux.

1. Le contre-projet et la contre-expertise, le concours d’architecture

Fréquemment, des collectifs engagés dans une lutte contre un projet d’urbanisme se retrouvent pris dans une logique binaire qui diminue leur capacité à se faire entendre et permet à leurs détracteurs de les caricaturer en « opposants à tout », en « nimbystes ». Une des réponses à cette situation consiste à trianguler le débat, en fabriquant du contre-projet, ou en réclamant des procédures permettant de mettre plusieurs propositions sur la table, par exemple le concours d’architecture.

Intervenants :
Caroline Minon (Urbagora) ;
Isabelle Pauthier (ARAU, sous réserve) ;
Pierre Meynaert (IEB) ;
Olivier Bastin (ex-Maître architecte Bruxelles, sous réserve)
Observatrice : Géraldine Brausch

2. Recourir en justice ?

Face à l’impasse d’un débat public trop souvent cadenassé, de nombreux collectifs choisissent de faire appel à la justice pour obtenir l’arrêt d’un projet, faire respecter les droits de certains usagers, ou simplement trouver un moyen de pression dans la négociation avec autorités publiques ou promoteur. Avec succès dans un certain nombre de cas. Avec le risque, en jouant sur des éléments de procédure parfois minimes et très techniques, de perdre de vue la dimension politique du combat ?

Intervenants :
Hélène Quoidbach (IEB) ;
Léopold Renard (Habiter Liège, sous réserve) ;
Marco Schmitt (Association quartier Léopold)
Observateur : Patrick Italiano

3. Quelle participation du grand public ?

Les mouvements urbains sont souvent portés par de petits noyaux de militants mais se réclament fréquemment de la participation du plus grand nombre à la chose publique. Y a-t-il là une contradiction ? Est-il souhaitable d’aller vers cette participation très large ? Est-ce possible ? Selon quelles méthodes ?

Intervenants :
Gwenaël Brees (Plateforme Marolle) ;
Nicole Purnode (Bruxelles Ville Santé) ;
David Praile (Droit au logement, sous réserve)
Daniel Richard (FGTB Verviers, sous réserve)
Observateur : John Pitseys (CRISP)

12h30 Temps de midi – petite restauration prévue

14h15 Ateliers de l’après-midi

1. Quel rapport aux médias ? Et qu’est-ce que changent les réseaux sociaux ?

Toute lutte doit trouver à se faire connaître et la question du rapport aux médias est souvent très rapidement posée. Comment les différents groupes présents choisissent-ils d’interagir avec la presse ? L’irruption, depuis quelques années des « réseaux sociaux » produit-elle un décentrement des médias traditionnels ?

Intervenants :
Mathieu Simonson (dewey.be, Ezelstad) ;
Isabelle Marchel (Plateforme pentagone) ;
La Hache (LLN, sous réserve) ;
Observatrice : Géraldine Brausch

2. Victoires tactiques ou victoires culturelles ?

Certaines luttes urbaines concernent des sujets transversaux difficiles à faire appréhender pour le grand public ou les médias. Souvent ces luttes se cristallisent sur un seul objet, parfois anecdotique, mais permettent de remporter une victoire tactique. Mais que se passe-t-il après ? Que reste-t-il de la complexité du départ ? La victoire provisoire ne risque-t-elle pas de se transformer en défaite politique ?

Intervenants :
Patrick Wouters (Avenue du Port) ;
Loïc Geronnez et Dominique Nalpas (Commons Josaphat) ;
Thibaut de Menten (Equipe populaires) ;
Alessi dell’Umbria (Marseille)
ZAD Keeleek (sous réserve) ;
Collectif Ceinture alimenterre liégeoise (sous réserve)
Gabriel Maissin (sous réserve)
Observateur : David Jamar (ULB, sous réserve)

3. La consultation populaire locale d’initiative citoyenne

Le droit régional wallon prévoit la possibilité d’organiser des consultations populaires au niveau communal, à l’initiative de 10 % de la population de la commune. Cet outil, purement consultatif, connaît cependant des limites importantes, qui rendent son usage aléatoire.

Intervenants :
Marcel Guillaume (Pour la sauvegrade du parc Léopold) ;
Les récollets (sous réserve)
Alain De Clerck (Liège 2015, sous réserve)
Stratengeneraal (Anvers, sous réserve)
Observateur : John Pitseys

16h30 Plénière finale

Panel d’observateurs et d’acteurs.

Echange avec le public

Conclusions
Mathilde Collin (Urbagora) et Mathieu Sonck (IEB)

18h Fin des travaux (et ouverture du bar)

19h Fermeture des portes

Actions

Dernier ajout : 25 septembre.