Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Quartier « européen » : du bureau, toujours du bureau,... des tours, toujours plus de tours,…

Publié le mardi 13 mai 2014, par IEB

Ce mercredi 14 mai, la commission de concertation de la Ville de Bruxelles examine les demandes de permis visant la construction de deux tours dans le quartier dit « européen », à l’angle de la rue de la Loi, de la rue Jacques de Lalaing et de la chaussée d’Etterbeek. Les habitants du quartier Nord-Est et du Quartier Léopold, regroupés dans la Coordination Europe et soutenus par IEB, demandent à la commission de refuser le permis et enfin écouter le projet alternatif des habitants.

L’hôtel « Europa » devrait être démoli pour réaliser l’un des deux projets. Les tours allant jusqu’à 114 et 96 mètres de haut seront voisines, même si les promoteurs sont différents. Il s’agit de tours affectées principalement au bureau : presque 100% pour le projet « Leaselex » et 70% de bureaux, 21% de logements et 9% de commerces pour le projet « Europa ».

Pour les promoteurs, c’est le meilleur moment pour déposer les projets : le Règlement Régional d’Urbanisme Zoné (RRUZ) vient d’ouvrir les vannes autorisant 164 000 m² de bureaux supplémentaires dans le quartier tandis que le Plan Particulier d’Affectation du sol (PPAS) chargé de préciser les affectations et la mixité n’existe toujours pas. Et voilà donc deux projets qui exploitent bien les « gabarits capables » du RRUZ...

JPEG - 70.1 ko

Le RRUZ ou la stratégie du fait accompli

Dans le cadre de l’adoption du RRUZ, une étude d’impact a été réalisée, avec d’intéressantes réflexions par exemple sur le paysage urbain ou l’ensoleillement. Malheureusement, cette étude a peu été prise en compte dans le RRUZ finalisé. Par ailleurs, le RRUZ n’a pas fait l’objet d’une évaluation des incidences sur l’environnement suffisante au regard de la directive européenne 2001/42/CE, notamment pour ce qui concerne les incidences socio-économiques et la mobilité. Le PPAS sera chargé de les évaluer... mais sans pouvoir remettre en cause les gabarits et les implantations du RRUZ. À quoi pourrait-il donc bien servir dès lors ? Alors que l’étude « Accessibilité, Mobilité, Qualité urbaine sur le quartier européen » (2012) dirigée par la direction Infrastructure et transport de Beliris indique les nombreux dispositifs et investissements à mettre en œuvre préalablement à la densification de la rue de la Loi, la Région a décidé de densifier sans s’attaquer ni même évaluer les problèmes de mobilité... Vus tous ces manquements et la politique du fait accompli menée par la Région, les associations membres de la coordination Bruxelles-Europe ont introduit un recours devant le Conseil d’État contre ce RRUZ et contre le programme du PPAS, qui évaluera peut être un jour les incidences de la densification, et probablement « pour du beurre ».

Pour qui tous ces bureaux ?

Autoriser encore des bureaux dans le quartier européen nous semble un non-sens. Le quartier européen est le quartier qui connaît le plus de bureaux vides à Bruxelles : on compte ainsi 229 000 m² de bureaux vacants en 2013, comprenant tant des bâtiments récents que plus anciens (Source : Observatoire des bureaux, citydev.brussels, 33/214). Les m² de bureaux rue de la Loi étaient une demande de la Commission Européenne, mais elle a entre-temps revu ses besoins à la baisse, comme l’a montré l’analyse de l’ARAU publiée sur son site le 15 octobre 2013. A ce propos, on pouvait lire dans Le Soir du 26 mars 2014 une interview d’Antony Gravili, porte-parole de la Commission européenne : Grâce à la réduction du personnel de 5% d’ici 2017, notre parc immobilier va diminuer, d’environ 42 000m² (Le Soir du 26 mars 2014, rubrique Economie, Repères : Huit millions de m² pour l’Etat Belge). Bruxelles comprend actuellement 1 048 625 m² de bureaux vides... (Source : Observatoire des bureaux, citydev.brussels, 33/214).

Habiter dans un quartier bruyant, puant, venteux et sombre ?

Le gouvernement bruxellois prétend vouloir amener des habitants dans le quartier mais tout est mis en œuvre pour faire fuir ceux qui y sont encore ! Le quartier supporte les gros chantiers européens depuis 40 ans, le feu vert donné à la densification donne le coup d’envoi pour des travaux durant les 40 prochaines années… Les habitants des rues de Toulouse et Jacques de Lalaing vont se retrouver écrasés par les tours construites au bout de leurs rues. Sans compter les effets de vent, et les ombres portées jusqu’à la rue Joseph II et aux squares. Les entrées/sorties de parking sont prévues rue Jacques de Lalaing ; il ne faut pas encombrer la rue de la Loi... Les nouveaux parkings amèneront encore plus de voitures dans un quartier déjà surchargé : la rue de la Loi et la rue Belliard sont des égouts à quatre et cinq bandes de voitures...

Refuser ces permis : le bon sens

Les membres de la Coordination Bruxelles-Europe demandent qu’aucun permis dérogatoire au PRAS (Plan Régional d’Affectation du Sol) ou au RRU (Règlement Régional d’Urbanisme) ne soit délivré avant que le Conseil d’État ne se soit prononcé sur les recours introduits. Sans un RRUZ valable, les permis ne peuvent être délivrés dès lors qu’ils sont démesurément dérogatoires au RRU et au PRAS. D’autre part, et dans le cas où le RRUZ et l’arrêté PPAS seraient validés, nous estimons que les permis ne doivent pas pour autant être délivrés dès lors qu’ils ne sont pas conformes au bon aménagement des lieux du quartier, tant du point de vue de leurs affectations que du point de vue des gabarits qu’ils proposent.

Enfin écouter le projet alternatif des habitants

Les habitants du quartier Nord-Est et du Quartier Léopold plaident depuis longtemps pour que les secteurs qu’ils habitent encore au nord et au sud de la rue de la Loi soient reliés entre eux et intégrés dans un ensemble plus diversifié, où la part de la voiture soit réduite de manière significative. Les principes de leurs revendications ont été établis il y a 20 ans dans la brochure « Europe en Quartier » : une mise en valeur de la vallée du Maelbeek comme élément structurant du paysage, le retissage d’un quartier fragmenté grâce à du logement accessible à une population diversifiée, des immeubles de bureaux ouverts sur la ville qui ne soient pas démolis tous les 20 ans, des espaces publics mieux définis et plus confortables pour les piétons et les cyclistes, des espaces verts mis en valeur et reliés entre eux.

Coordination Europe

  • AQL - Association Quartier Léopold / Vereniging Leopoldswijk - www.quartier-europeen.eu.
  • GAQ - Groupe d’Animation Quartier Européen / Animatiegroep van de Europese Wijk – www.gaq.be

soutenus par


Prises de position

Dernier ajout : 25 septembre.