Inter-Environnement Bruxelles

Vidéo

Proximus invite ses travailleur·euse·s à la prudence au contact de ses produits !

Publié le mercredi 23 septembre, par Gérald Hanotiaux
Version imprimable

Photo : Tiago Nicastro

Un jour, au cours d’une discussion au sujet des méfaits pour la santé des rayonnements des technologies sans fil, un monsieur lâche : « ha, mais chez Proximus on connaît très bien le danger ! On nous prévient ! » Ha bon ? Comment ça ? « Je travaille chez Proximus et lors de mon engagement l’employeur m’a fait regarder une vidéo avec différents conseils de prudence pour l’utilisation du téléphone portable et de la box Wi-Fi ». Nous avions du mal à y croire.

Le 16 septembre 2020, l’émission « Investigation » de la RTBF traitait de la 5G, du problème sanitaire lié aux micro-ondes, et des effets déjà vécus aujourd’hui par de nombreuses personnes dites électrosensibles. Nous étions déjà surpris par l’extrait présenté, mais depuis nous avons vu cette vidéo sur internet et elle est effectivement « étonnante », pour le dire sobrement. En effet, depuis plus de vingt-cinq ans l’entreprise de télécommunication ne cesse de nier tout problème sanitaire lié à ses produits.

Dans cette vidéo est asséné en permanence ce slogan : « Smart use is Smart distance » (que l’on pourrait traduire par « une utilisation intelligente se fait à bonne distance »).

Si, comme les dirigeants de Proximus le prétendent envers le grand public, aucun effet sur la santé humaine n’est à déplorer, pourquoi donc faut-il adopter des gestes de prudence ? Aussi, pourquoi l’entreprise donne-t-elle des conseils à ses travailleurs, tout en continuant à nier tout effet sur le vivant lors de débats publics et dans les médias ?

Ces conseils et cette vidéo datent de plusieurs années déjà, or nous le savons : en 2020, en plein confinement de la population, Proximus a lancé la mise en place de la 5G. Et ne cesse, depuis, de vanter la nécessité de cette nouvelle génération de technologies mobiles. Parmi les nombreuses activités à venir avec la 5G on cite souvent le développement de voitures autonomes et de l’« internet des objets ». Les voitures autonomes, cela représente le fait de voyager, plus encore qu’aujourd’hui, dans des véhicules connectés, c’est à dire où les rayonnements électromagnétiques de hautes fréquences (des micro-ondes) cohabitent avec nos corps à l’intérieur de l’habitacle. L’internet des objets, de son côté, obligera à vivre dans des maisons et des lieux de travail où les objets (frigo, poubelle, bouilloire, radiateur, et qui sait quoi d’autre) émettent en permanence, sont en communication avec un smartphone, une borne wi-fi, d’autres objets connectés, ou encore avec un compteur communicant placé dans le logement des belges. Nous le voyons, au sein de ces exemples - parmi d’autres - nulle place pour une quelconque « Smart distance ». La 5G, en outre, représente un nombre exponentiel d’antennes, toujours plus proches de nous, placées dans l’espace public, sur le mobilier urbain, etc.

Le contenu de cette vidéo de l’entreprise Proximus est donc incompatible avec ses propres projets et produits. Par ailleurs, il est dit dans la vidéo que la recherche sur la santé est plus lente que la technologie : ils commercialisent donc des produits sans connaître leur niveau de dangerosité. Le cynisme est total.

5G, tous cobayes ?

« 5G, tous cobayes ? », émission Investigation, 16 septembre 2020. Disponible sur auvio.be.

Autant dire qu’il y a « à boire et à manger » dans cette émission, c’est le moins que l’on puisse écrire… Cependant, voir le responsable de la Commission internationale de protection contre les rayonnements non-ionisants (ICNIRP, pour l’acronyme généralement utilisé, avec les initiales anglaises) - l’organisme servant de référence pour les normes, ultra-fréquenté par des chercheurs liés à l’industrie - déclarer en substance que « oui, bon, peut-être que dans le futur il y aura des problèmes de santé », ça ne manque pas de piquant. On sait par exemple que les cancers mettent des années et des décennies à se déclarer et qu’en juillet 2019, l’agence nationale de santé publique française a publié les estimations nationales de l’incidence et de la mortalité par cancer. Elle identifie, entre 1990 et 2018, une multiplication par quatre du nombre annuel de nouveaux cas de glioblastomes, des tumeurs très agressives du cerveau. L’analyse des tendances montre une augmentation quels que soient l’âge et le sexe. [1]

Pour aller plus loin

Pour le lecteur qui voudrait en savoir plus sur la pollution électromagnétique, nous conseillons la lecture du Bruxelles en Mouvement n°302, « Le meilleur des ondes ».

La vidéo de Proximus évoque la sempiternelle prétendue réglementation stricte en Belgique. A ce sujet, nous conseillons la lecture du dossier « Dans le futur jusqu’au cou » paru dans le numéro 102 de la revue Ensemble, pages 26 à 37.

Enfin, signalons la parution du numéro 20 de la revue Medor, au sein duquel apparaît l’article de François Corbiau « 5G, le débat confisqué ». Disponible en librairie.


Gérald Hanotiaux

Vidéo de Proximus dans son entièreté.

Notes

[1Source : « Estimations nationales de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine entre 1990 et 2018. Volume 1 », Agence nationale de santé publique française, juillet 2019.


Position

Dernier ajout : 25 octobre.