Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Panama Papers : les communes bruxelloises fortement concernées

Publié le mardi 5 avril, par Jérôme Durant

52 habitants ucclois sont concernés par ces révélations.

Sur les 732 résidents belges suspectés de fraude fiscale via des sociétés offshore au Panama et ailleurs, 178 habitent la Région bruxelloise. Dans le top dix des communes qui comptent le plus de citoyens visés par ces fuites de documents financiers, figurent pas moins de cinq communes bruxelloises : Saint-Gilles, Woluwé-Saint-Pierre, Bruxelles-Ville, Ixelles et surtout Uccle, qui caracole en tête avec une cinquantaine de contribuables concernés.

Surprenant ? Pas tellement. Bien située, agréable à vivre, avec un prix de l’immobilier accessible par rapport aux autres grandes capitales, la commune d’Uccle attire les revenus très élevés, qui représentent 15% de sa population. Et parmi eux, donc, 52 résidents sont suspectés de fraude fiscale via des sociétés écrans.

"Sans surprise, si vous avez de l’argent à placer dans une offshore, c’est que vous avez de l’argent à placer dans votre domicile, analyse Alain Lallemand, un des journalistes qui a mené l’enquête pour Le Soir. Donc vous allez habiter Uccle, Ixelles, Woluwé-Saint-Pierre ou Bruxelles-Ville."

Des fortunes moyennes

Si aucun nom n’a jusqu’ici filtré, Alain Lallemand dresse le portrait de ces Ucclois suspectés d’éluder l’impôt belge. "Ce sont principalement des fortunes moyennes. Ce sont soit des personnes qui ont hérité d’un patrimoine familial et qui essayent de le placer, soit des personnes qui ont réussi dans la vie. Il y a aussi des cas plus atypiques, par exemple une personne qui a déposé de nombreux brevets et qui essaye que les bénéfices de ces brevets ne passent pas par l’imposition belge."

Ayant pris connaissance de ces révélations par la presse, le bourgmestre MR d’Uccle ajoute un autre profil probable. "Un très grand nombre de résidents français nous ont rejoints pour fuir une rage taxatoire française, rappelle Armand De Decker. Ils se sont principalement installés à Uccle et Ixelles. Or, je constate que ces deux communes sont les communes bruxelloises les plus concernées. Il y a probablement un lien de cette nature."

Armand De Decker ne peut pas le chiffrer, mais il sait que ces fraudes sont préjudiciables à sa commune, privée de précieux centimes additionnels. Pour autant, il se dit impuissant : "c’est impossible d’avoir une marge de manœuvre au niveau communal. Nous n’avons pas à nous mêler de la vie privée de nos concitoyens. C’est au Ministère des finances de faire son travail" conclut le bourgmestre libéral.

Voir en ligne : RTBF

Dépêches

Dépêches

Dernier ajout : 4 décembre.