Inter-Environnement Bruxelles

PCD d’Anderlecht : atteindre le but, oui, mais lequel ?

Article publié le 2 avril 2014.
Version imprimable

IEB se réjouit du fait que la commune d’Anderlecht accouche enfin de son PCD après de nombreuses années de tergiversation laissant un territoire aux enjeux nombreux sans ligne directrice.

La commune d’Anderlecht en raison de son passé industriel et de la reconversion de son territoire sert aujourd’hui de laboratoire urbain, tant pour les acteurs publics que pour les acteurs privés.

En l’absence de cadre et de lignes directrices, le risque est grand de voir les intérêts privés prendre le dessus sur l’intérêt général. On regrettera en ce sens que le PCD arrive déjà tard au vu des nombreux appétits fonciers qui se sont exprimés ces dernières années générant une spéculation immobilière forte, notamment autour du Bassin de Biestebroeck.

Alors qu’une procédure de PPAS aurait permis de cadrer certaines approches opportunistes, la commune fit le choix en 2011 de se lancer dans une procédure de Master Plan sur la zone retardant par la même la procédure d’adoption d’un PPAS. Ceci vaut également pour la partie anderlechtoise du quartier Midi. Alors qu’aucun PCD n’existait, que la zone est toujours en attente de son schéma directeur, la commune fit néanmoins le choix d’abroger le PPAS existant qui constituait le seul cadre de maîtrise de la zone.

IEB s’étonne enfin de la faiblesse du RIE qui ne recense que les impacts environnementaux positifs du projet sans véritable analyse des impacts liés aux transformations proposées que ce soit sur la population, la mobilité, l’imperméabilisation des sols,...

Quant à la production de logements sociaux sur un territoire où la demande est forte, pas une ligne !

Lisez ici l’avis intégral d’IEB.