Inter-Environnement Bruxelles

Ondes de choc

Publié le vendredi 24 juin 2011, par I E B
Version imprimable

Sortie de presse de Bruxelles en mouvements n°249, avec un dossier consacré aux risques des technologies « sans fil » : ondes GSM, wi-fi, UMTS, etc.

Ondes de choc · Sortie de presse de Bruxelles en mouvements n°249, avec un dossier consacré aux risques des technologies « sans fil » : ondes GSM, wi-fi, UMTS, etc.

Alors qu’aujourd’hui l’OMS a décidé de classer le GSM comme « peut-être cancérigène pour l’homme », que le Conseil de l’Europe préconise d’interdire les GSM et le wi-fi dans les écoles, IEB a décidé de donner la parole aux collectifs Dé-Mobilisation et Teslabel, afin d’explorer la question.

A Bruxelles, une ordonnance fixant à un maximum de 3V/m l’exposition des personnes aux ondes GSM a été fixée. C’est un pas dans la bonne direction, et une norme plus stricte que la norme fédérale. Mais cela ne suffira pas à protéger les citoyens des autres ondes qui nous entourent. IEB appelle à ce que la question de la pollution électromagnétique soit enfin adressée de manière systémique, comme un réel danger et une véritable question de société. Au-delà d’une norme pour les GSM, il s’agit de penser le problème dans sa globalité.

Ce numéro de Bruxelles en mouvements met donc en évidence les risques et les conséquences de cette pollution invisible, ce brouillard électromagnétique. Non seulement les conséquences sur la santé de chacun, déjà bien ressenties par les personnes électro-sensibles ; mais également les multiples impacts de ces nouvelles technologies sur l’urbanisme, l’environnement et les relations sociales.

« Bruxelles en mouvements » est le mensuel d’IEB publiant des informations sur les projets qui transforment la ville et touchent à la qualité de la vie des Bruxellois. La publication reflète le travail d’Inter-Environnement Bruxelles avec les associations urbaines et les comités de quartier pour défendre le point de vue des habitants. Les analyses visent à rendre les enjeux plus compréhensibles devant l’opinion publique et les responsables politiques. (Abonnement annuel : 24 euros.)



Position

Dernier ajout : 24 septembre.