Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Nucléaire : arrêt de longue durée pour Doel 3, mal entretenu

Publié le jeudi 4 janvier, par Xavier Counasse

Le béton d’un bunker de la centrale anversoise s’effrite. Le réacteur ne redémarrera pas sans l’accord de l’Agence fédérale de contrôle nucléaire.

Les problèmes des centrales nucléaires belges n’en finissent pas (on parle ici des incidents techniques, pas des polémiques liées à la prolongation éventuelle de leur vie).

C’est désormais Doel 3 qui inquiète. Le réacteur anversois avait été mis à l’arrêt le 22 septembre dernier pour un entretien prévu de longue date. Il devait redémarrer le 6 novembre, mais des travaux d’inspection ont révélé que le béton du bunker qui abrite des éléments de secours s’effrite. L’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) parle de « détachements de morceaux de béton ou des fissures » et constate que « ces dégâts ont pour conséquence que les conditions fixées à la conception du bunker pour résister à un accident externe ne sont plus remplies ».

L’AFCN adresse un reproche sérieux à Electrabel en affirmant que « la dégradation du béton doit être prise en charge par l’exploitant, qui doit réaliser suffisamment de contrôles dans les locaux concernés et mener, si nécessaire, des travaux de rénovation/réparation. Cela n’a pas été suffisamment fait, ce qui explique que la dégradation du béton a évolué à ce point. »

L’AFCN demande donc que le béton défaillant soit enlevé et remplacé. Ce n’est qu’une fois les travaux réalisés et les tests de validation réussis, que l’AFCN autorisera le redémarrage de Doel 3.

Voir en ligne : Le Soir

Dépêches

Dépêches

Dernier ajout : 20 janvier.