Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Nouveau « couac » au sujet des boulevards du centre et du piétonnier

Publié le mardi 25 avril, par IEB

Une commission de concertation organisée dans une salle trop petite. Pourquoi ? La Plarform Pentagone appelle instamment au changement de cette décision malheureuse de la Ville de Bruxelles afin de garantir la sérénité des débats et des prises de paroles dans de bonnes conditions.

Ce mercredi 26 avril 2017 est programmée la réunion de la commission de concertation concernant les nouvelles demandes de permis d’urbanisme pour l’aménagement en piétonnier :

  • de la place de la Bourse et de l’ensemble des espaces publics contigus à la Bourse, (Zone UNESCO) ;
  • des boulevards du centre de la place De Brouckère à la place Fontainas (Bourse exceptée).

Malgré l’organisation de l’enquête publique du 13 mars au 11 avril 2017, c’est-à-dire en partie pendant les vacances de Pâques, de nombreux avis écrits ont été transmis au département d’urbanisme de la Ville de Bruxelles avec demande d’être entendu/e : 160 selon nos informations.

Rompant avec une coutume bien établie, l’échevin en charge de l’urbanisme a décidé de :

  • tenir la réunion de la commission de concertation dans la salle habituelle au 12e étage du centre administratif – salle qui est, manifestement, trop petite ;
  • et de limiter les entrées aux seules personnes ayant introduit un avis et/ou une demande d’être entendues le 11 avril au plus tard... ce qui dépasse déjà la capacité de la salle retenue.

Quelle est la coutume à la Ville de Bruxelles ?

  • D’une part, d’organiser la réunion dans une salle plus grande aux alentours quand de nombreux citoyens se sont manifestés : ce fut d’ailleurs fait lors de la concertation sur les premières demandes de permis relatifs aux boulevards du centre (réunion à la salle du Casino) ou encore lors de la concertation sur le projet de prison à Haren ;
  • De permettre à toute personne qui se présente le jour même de s’inscrire à l’entrée : en effet, la majorité des personnes souhaitent seulement assister à la réunion pour s’informer.

Cette pratique ne peut que favoriser la transparence, la publicité des débats (en ce compris de la présentation orale des projets avec plans) et l’intérêt des citoyens pour la chose publique.

Cette fois, plusieurs personnes ont essuyé un refus, soit par téléphone, soit par écrit.

Informée, la Plateform Pentagone a adressé le 21 avril un e-mail à l’échevin de l’urbanisme et au secrétariat de la Commission de concertation ainsi qu’au Bourgmestre et à d’autres échevins particulièrement impliqués dans le projet de piétonnier.

En fin de journée, ce 24 avril, malgré un rappel, ce courrier n’a reçu aucune réponse. Parallèlement, un courriel type de refus d’accès est désormais envoyé par le secrétariat de la Commission de concertation... en ce compris à l’une ou l’autre personne qui a bien transmis un avis dans les délais impartis mais n’a pas reçu d’invitation.

Le dossier des boulevards du centre et du piétonnier est, on le sait, très sensible et a déjà fait couler beaucoup d’encre, en particulier au sujet du manque de prise en considération de la parole citoyenne.

La Plarform Pentagone appelle instamment au changement de cette décision malheureuse afin de garantir la sérénité des débats et des prises de paroles dans de bonnes conditions.

La Plateform Pentagone rappelle que :

  • la coutume n’est pas sans force en droit ;
  • les retours en arrière ou reculs sont considérés négativement en matière d’environnement (voir le principe de « standstill »).

Compte tenu des différentes démarches effectuées, le maintien de la décision en cause ne pourrait être interprétée que comme une volonté de limiter, une fois de plus, l’information et la participation du public.

Contacts

  • Isabelle Marchal : 0485/79 72 73.
  • Jean-François Demoulin : 0475/58 03 70.
  • Marie-Anne Swartenbroekx : 0496/40 65 85.

Infos : www.platformpentagone.be.

L’échevin de l’urbanisme Geoffroy Coomans de Brachène a fait bouger les cloisons, il semble qu’il y aura place pour tous. Lire la réponse de l’échevin de l’urbanisme.

Prises de position

Dernier ajout : 27 mai.