Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Nous ne sommes pas des réseaux de données

Publié le mercredi 15 septembre 2010, par IEB

Sortie de presse de Bruxelles en mouvements n°240, avec un dossier consacré aux technologies de contrôle, il analyse quelques réponses citoyennes pour sauvegarder les droits démocratiques des usagers et des habitants.

Que faire avant que nos cartes d’identité, de sécurité sociale ou de transports publics ne soient intégrées dans une banque de données centralisée et que Big Brother ne contrôle nos actions voire même nos intentions les plus intimes ?

Le dernier dossier de notre revue mensuelle aborde la problématique de la constitution de données sur les comportements, les attitudes ou les déplacements des personnes et pose la question de la protection de ces données personnelles.

Si les dérives de ces systèmes peuvent conduire au contrôle de nos comportements, la gestion de ces mêmes systèmes échappe, par contre, au contrôle des citoyens et menace la protection de la vie privée.

Inscrits dans une démarche originale de récalcitrance, plusieurs mouvements de citoyens se manifestent dans des zones où les droits civils s’estompent. Ce dossier présente plusieurs acteurs collectifs qui opposent liberté et dispositifs de fichage, arguments à l’appui.

En collaboration avec la Ligue des Droits de l’Homme

Dans ce contexte, la Ligue des Droits de l’Homme organisera en collaboration avec IEB le 16 septembre, à l’entrée de plusieurs stations de métro et pré-métro, une action de sensibilisation auprès des usagers sur les enjeux et dangers que pose le système MoBIB.

La LDH vous invite pour un point presse qui se déroulera à l’entrée de la station Porte de Namur (en surface), le 16 septembre à 12h30.

Bruxelles en mouvements est le mensuel d’IEB publiant des informations sur les projets qui transforment la ville et touchent à la qualité de la vie des Bruxellois. La publication reflète le travail d’Inter-Environnement Bruxelles avec les associations urbaines et les comités de quartier pour défendre le point de vue des habitants. Les analyses visent à rendre les enjeux plus compréhensibles devant l’opinion publique et les responsables politiques. (Abonnement annuel : 24 euros.)


Prises de position

Dernier ajout : 18 septembre.