Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Nourrir les urbains

Publié le dimanche 6 août, par La Revue Urbanisme

Dossier de La Revue Urbanisme n°405

Les 15 et 16 juin se sont tenues à Lyon les 4e Journées nationales de l’agriculture urbaine dont l’intitulé, « Du projet citoyen au projet professionnel », résume la mutation en cours. La même semaine, Porte de Versailles à Paris, les start-up de la Food Tech dévoilaient leurs innovations pour faire face aux défis alimentaires, parmi lesquelles des protéines durables d’origine végétale, des techniques d’agriculture cellulaire ou l’impression 3D appliquée à l’alimentation. Le 22 juin, changement de paysage, au coeur du périurbain de l’Essonne était inauguré le premier club-entrepôt Costco, un concept importé des États-Unis par le deuxième plus grand distributeur au monde. Ni magasin (il faut être adhérent) ni hypermarché (choix très limité de marques et de références), cet entrepôt de 14 000 m2 réalisera la moitié de son chiffre d’affaires avec l’alimentaire et promet de travailler avec des producteurs de toute taille, notamment locaux. À ce tour de l’actualité de la fin juin, il faut ajouter l’annonce de la tenue prochaine d’États généraux de l’alimentation qui devraient définir un partage plus équilibré de la valeur entre producteurs et distributeurs. Cette concomitance d’événements dit quelque chose. Mais quoi ?

D’abord, que les enjeux de l’alimentation des urbains, écartelés entre attentes sociétales et réalités économiques, tra­versent le débat public mais ne sont pas tous d’un poids comparable. Est-il besoin de rappeler que les villes engloutissent 75 % des ressources de la planète et que la population urbaine devrait doubler d’ici 2050 ? Ensuite, que dans les pays développés, la question est moins celle de l’approvisionnement des villes que celle de la fonction nourricière, de penser à la durabilité des systèmes alimentaires, de réduire les inégalités et d’appréhender de manière globale des problématiques économique, sociale, sanitaire, scolaire, urbanistique et culturelle.

C’est la première fois que la revue Urbanisme consacre un dossier à l’alimentation des urbains. Pourtant, leurs manières de se nourrir, de faire leurs courses – à pied, à vélo, en trans­ports en commun, en voiture –, leur choix d’un ou plusieurs circuits de distribution, leurs habitudes alimentaires face aux injonctions de santé publique, leurs nouvelles exigences (manger sain et à proximité du lieu de production), mais tout autant les contraintes budgétaires, les modes de cuisiner et de manger, à la maison, à la cantine, au bistro du coin, au restaurant ou dans la rue, fabriquent la ville. Et encore, cette énumération des habitus citadins ne concerne-t-elle que les consommateurs. Bien d’autres acteurs et non des moindres – agriculteurs, éleveurs, grossistes, distributeurs, livreurs, commerçants – sont en première ligne.

Par quel bout attraper ce sujet protéiforme ? Plutôt que de tirer un fil unique, nous avons opté pour une carte variée. La question des territoires nourriciers est une bonne façon d’ouvrir l’appétit. Pour comprendre comment les collectivités locales se réapproprient la question alimentaire, nous avons demandé à trois chercheurs, Caroline Brand, Catherine Darrot et François Bricas, d’éclairer ce réinvestissement avec des points de vue divergents. Dans ce paysage en mutation, quelle place l’agriculture urbaine peut-elle occuper ? François Léger pose les termes de la réponse, qui se décline dans des fermes urbaines dont Anne-Cécile Daniel et Jeanne Pourias décryptent quelques exemples. Derrière émerge un enjeu mis en lumière lors d’un séminaire récent sur la revitalisation agro-urbaine organisé à AgroParisTech : la reconversion de friches polluées grâce à des projets agricoles hors-sol.

Dans cette mobilisation des acteurs, les agences d’urbanisme ne sont pas en reste. L’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) Ile-de-France vient de publier un ouvrage de référence, Une métropole à ma table ; nous avons demandé à ses coordinatrices d’éclairer notre dossier des fruits de ce travail collectif. Sans oublier la logistique, fonction urbaine essentielle, mais aussi terrain d’innovations pour la Food Tech qu’analyse Eleonora Morganti. Le commerce lui-même est traversé par deux modèles : l’hyper et le post-discount. « Et si la solution était l’hybridation ? » se demande Pascal Madry. Pour illustrer la réalité de ce post-discount, Rémy Demichelis est allé voir de près le fonctionnement d’un modèle alternatif de distribution.

L’alimentation reste un marqueur de la pauvreté, alerte Dominique Paturel, qui analyse les enjeux démocratiques de l’aide alimentaire. Enfin, Pascale Hébel livre une photographie détaillée des nouvelles habitudes de se nourrir hors de chez soi.

Ce dossier s’achève par un pas de côté. De jeunes chercheurs s’intéressent à un volet moins exploré du paysage alimentaire urbain : celui de la diversité culturelle. Lucine Endelstein, Hadrien Dubucs et Anthony Goreau-Ponceaud mettent à jour le brouillage des identités du commerce des minorités à Paris. Dis-moi ce que tu vends, je te dirai qui tu es ? Pas si simple.

Sommaire

Edito :
De nouvelles relations villes-campagnes ? (in extenso)
Bruits de ville :
Des territoires en quête de cohésion
Lauréates polonaises au concours arturbain.fr
Des playstreets pour quoi faire ? (in extenso)
Le jardin monde (in extenso)
Montreuil : Exercice de densification participative
Projet :
Pour une densification douce dans le périurbain
Planète :
Addis-Abeba, tramway chinois pour ville africaine
Dossier/ Nourrir les urbains
Nourrir les urbains (in extenso)
Le retour de l’alimentation à l’agenda des territoires
Comment les mangeurs ont renversé l’ordre des préoccupations
Relocaliser : une fausse bonne idée ?
Des terres agricoles aux politiques alimentaires
La face cachée du système
Les paradoxes de l’agriculture en ville
Les micro-fermes urbaines, entre projet agricole et projet urbain
Des fraisiers hors-sol en démonstration
Une voie d’avenir pour les friches polluées ?
Entre hyper-discount et post-discount
Un modèle entrepreneurial des circuits courts ?
Une alimentation de qualité pour tous ?
Se nourrir hors de chez soi
La food tech bouscule les règles
Diversité culturelle dans le paysage alimentaire
La Chapelle, haut lieu alimentaire sud-asiatique ?
Bibliographie
Idées en débats/
L’invité :
Jean-Pierre Le Dantec
Librairie
Controverses :
Quelles suites pour la Conférence Habitat III ?

Voir en ligne : La Revue Urbanisme

Lectures

Lectures

Dernier ajout : 21 septembre.