Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

No parking, no mini-ring, no bling bling !

Publié le jeudi 23 avril 2015, par IEB

Tags :

Le numéro de Bruxelles en Mouvements de mars-avril 2015, intitulé « No mini-ring, no parking, no bling bling ! », est entièrement consacré au projet de piétonisation des boulevards du centre-ville. Ce journal donne voix au milieu associatif et aux comités de quartier, réunis au sein de la Plate-forme Pentagone, quant aux multiples impacts prévisibles du projet « de plus grand piétonnier d’Europe » que la Ville de Bruxelles veut aménager dès le mois de juin.

Inter-Environnement Bruxelles et la Plate-forme Pentagone invitent les lecteurs de Bruxelles en Mouvements à analyser le fumeux piétonnier du centre-ville et ses conséquences prévisibles. Il y a beaucoup à en dire en matière de démocratie participative, de mobilité, d’attractivité commerciale, d’accessibilité des logements, de respect de la législation, etc. Bref, c’est tout le projet qui est détricoté, invitant à une lecture de la ville à hauteur humaine et exhortant les édiles à remettre l’ouvrage sur le métier.

Chaque article de ce numéro spécial est rédigé par un membre de la Plate-forme Pentagone et consacré à un aspect spécifique du projet.

  • Mobilité : derrière la vitrine glamour du piétonnier, la Ville camoufle un projet centré autour de l’accessibilité automobile de l’hyper-centre, via la construction d’un nouveau mini-ring et de 4 nouveaux parkings souterrains, le tout en supprimant les sites propres des bus.
  • Citoyenneté : le processus de participation citoyenne commandé par la Ville à un bureau d’étude amstellodamois ne tolère ni le choix des thèmes ni la libre parole des participants. Ceux-ci ne reçoivent pas non plus les informations techniques qu’ils réclament.
  • Commerces : l’ambition de la Ville d’améliorer la qualité de vie des habitants vise en réalité à requalifier son offre commerciale, fantasmant son attractivité. Les touristes et les promoteurs sont dans le collimateur au détriment des locataires des logements dont la Ville est propriétaire sur le tracé du futur piétonnier.
  • Promotion immobilière : la voix des gestionnaires de parkings et des grandes enseignes commerciales semble avoir plus de poids que celle des habitants et des électeurs.

Ce numéro du BEM démontre aussi que nous ne sommes pas opposés aux piétonniers mais bien à ce projet de piétonnier-ci, et opposés à la manière dont la Ville nous l’impose.

Tandis que la Ville avance à marche forcée, la mobilisation citoyenne s’organise chaque jour davantage et a déjà gagné une bataille à la place du Jeu de Balle. Ce dossier spécial ne clôture pas les débats mais vise à donner de l’écho à la lutte de la Plate-forme Pentagone et à tous ses sympathisants.


Prises de position

Dernier ajout : 29 septembre.