Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Neo reste trop commercial et pas assez social !

Publié le mercredi 5 décembre, par IEB

Il y a deux semaines, nous apprenions par voie de presse que les promoteurs de Neo disposaient désormais de tous les certificats : le certificat d’environnement (contre lequel riverains et associations sont en recours) et le certificat d’urbanisme délivré mi-novembre (les permis doivent encore être délivrés). Sans nul doute une avancée majeure et inquiétante pour ce projet dense qui prévoit un centre commercial massif de 72 000 m², 590 logements sur un terrain public dont seuls 15% seront publics, 3 200 places de parking en sous-sol et l’abattage de 748 arbres.

Accompagne le programme par la force des choses : la saturation automobile dès lors que l’étude d’incidences du projet annonce une augmentation de 50% de la congestion dans les voiries adjacentes déjà engorgées (33 160 visiteurs supplémentaires attendus les samedis après-midi), une suroffre commercial ne répondant à aucune demande au vu des résultats maigres du voisin commercial Docks Bruxsel (situé à 5 km à peine), une imperméabilisation totale d’une grande partie du site et un manque d’équipements collectifs de base évident. Rappelons que le projet a fait l’objet de 254 remarques durant l’enquête publique.

Au vu des engagements pris par les différents partis avant les élections communales (voir l’enquête du Comité Triangle : Les visions des partis sur le projet NEO), on pouvait attendre de la nouvelle majorité en place à la Ville de Bruxelles, non pas une remise en question du projet, mais une sérieuse amélioration.

De fait, on retrouve quelques garanties pour une plus grande qualité du projet dans l’accord de majorité communale 2018-2024 : la volonté de rénover le stade Roi Baudouin, l’ajout d’une école pour pallier à l’indigence en terme d’équipement scolaire, le refus de la voirie d’accès routière souterraine ou à ciel ouvert au travers du parc d’Osseghem à Laeken (voir la pétition du Comité Triangle : www.change.org), ainsi que la création d’un comité de pilotage rassemblant l’ensemble des parties prenantes de la mobilité dans la zone Heysel aux fins de réaliser un plan de mobilité identifiant les besoins pour favoriser l’accessibilité du site en transports en commun.

Intéressant mais pas suffisant ! Il manque selon nous deux garanties essentielles à cette liste :

  • l’engagement de réduire sérieusement la dimension du centre commercial (Change Brussels parlait de 50 000 m², Ecolo-Groen de 15 000 m² conformément au PRAS dont la modification fait toujours l’objet d’un recours des associations). Une telle réduction serait la meilleure façon de s’assurer que la zone et ses habitants ne seront pas asphyxiés par les voitures.
  • et ce qui devrait être un truisme : la garantie que des logements sociaux seront créés sur ce site public !

Signalons enfin que les associations tentent depuis deux semaines sans succès d’obtenir le certificat d’urbanisme délivré mi-novembre !


Actions

Dernier ajout : 10 décembre.