Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Métro parisien : risque de surtension sur « la ligne des pauvres »

Publié le mardi 17 avril, par Virginie Ballet

Déjà un « enfer » pour les Franciliens, la ligne 13 va connaître un afflux de nouveaux voyageurs avec la délocalisation du palais de justice. Intenable, selon les usagers.

Métro : risque de surtension sur « la ligne des pauvres »

« La ligne 13, c’est celle qui relie la Roumanie aux enfers. C’est même à cause d’elle que le 13 porte malheur », ironise l’humoriste Bun Hay Mean, alias « le Chinois marrant », dans un sketch. Derrière la caricature se cache une réalité qui fait moyennement rire les quelque 650 000 personnes qui empruntent quotidiennement cette desserte longue de près de 25 km. Elle relie Châtillon-Montrouge (au sud de Paris), à Saint-Denis-Université d’une part et Asnières-Gennevilliers d’autre part (au nord), en se séparant en deux branches distinctes à la station La Fourche.

Paris le 13 avril, 2018 a metro porte de clichy/ entre porte de clichy et la fourche. Une augmentation de voyageurs est prevu sur la ligne 13 a cause du construction du nouveau Palais de Justice. COMMANDE N° 2018-0467

A la station Porte de Clichy. Photo Camille McOuat pour Libération.

L’arrivée du nouveau palais de justice, qui devrait attirer près de 9 000 personnes chaque jour (employés, justiciables, avocats…) est une nouvelle source d’inquiétude pour les usagers. Situé dans la ZAC Clichy-Batignolles, le bâtiment est entre autres desservi par la ligne 13, déjà au maximum (si ce n’est au-delà) de ses capacités, en particulier sur sa partie nord. Pour la désengorger, il a été décidé de prolonger la ligne 14 au nord de Saint-Lazare, et de créer quatre stations, dans le XVIIe arrondissement de Paris, à Clichy et Saint-Ouen. Sauf que le vaste et coûteux chantier (4 milliards d’euros) entamé en 2013 a accumulé les retards : initialement prévu pour 2017, le prolongement ne devrait finalement être opérationnel qu’en 2020. « La ligne culmine à 120 % ou 130 % de saturation. Or les nouvelles stations de la ligne 14 ne devraient permettre qu’une réduction de 25 % du trafic », s’agace Patrice Leclerc, maire communiste de Gennevilliers et responsable du comité local d’usagers. Pour lui, le compte n’est pas bon : « Au mieux, la ligne serait à 100 % de ses capacités, mais c’est sans compter que beaucoup des quartiers desservis, que ce soit à Clichy, Gennevilliers ou Saint-Denis, sont en plein développement. »

Paris le 12 avril, 2018 a metro porte de clichy/ entre porte de clichy et la fourche. Plus de voyageurs prevu sur la ligne 13 a cause du construction du nouveau Palais de Justice. COMMANDE N° 2018-0467

Le côté sardines de la ligne 13. Photo Camille McOuat pour Libération.

« Damnés ».
Pétitions sur le thème « On n’est pas des sardines », lettres ouvertes, flashmobs, distributions de tracts… Les comités d’usagers ont multiplié les actions ces dernières années. Pour un résultat jugé insuffisant. Sonia Gomar, qui défend les usagers dionysiens : « On s’est battus comme des damnés pour essayer d’obtenir le dédoublement de la ligne, pour en faire deux lignes distinctes sur la partie nord. On n’a pas été entendus. » « On est une ligne de pauvres, renchérit Patrice Leclerc. Jusque-là, c’était une problématique de banlieues, mais peut-être qu’avec l’arrivée du palais de justice, les notables s’en saisiront dans les dîners en ville », ironise l’élu.

La RATP, elle, insiste sur les améliorations récentes : des portes palières ont été installées dans certaines stations pour limiter les intrusions sur les voies, et l’intervalle entre les trains est passé de 105 à 95 secondes… mais sur le « tronc commun ». Comprendre : avant la bien nommée station La Fourche, point noir où la ligne se divise en deux branches. Pour ce qui est de l’arrivée du palais de justice, tout est prévu, insiste-t-on : l’offre de bus a été élargie et le tramway T3, une fois prolongé de la Porte de la Chapelle à la Porte d’Asnières, desservira le nouveau tribunal à la fin de l’année. Ce qui demande encore un peu de patience à des voyageurs… qui ont déjà beaucoup donné.

Paris le 12 avril, 2018 a metro porte de clichy/ entre porte de clichy et la fourche. Plus de voyageurs prevu sur la ligne 13 a cause du construction du nouveau Palais de Justice. COMMANDE N° 2018-0467

Réclame à l’intérieur d’une rame. Photo Camille McOuat pour Libération.

« Pleurer ».
Miriam, 39 ans, enquêtrice de satisfaction qu’on rencontre à la station Les Agnettes, un matin à 7 h 18 : « Il y a de plus en plus de monde. Cela demande un certain conditionnement psychologique de monter dans les wagons blindés dès le début de la ligne, de se coller à des gens de bon matin. Mais on sait qu’on n’a pas vraiment le choix, alors on est bien obligés de prendre sur nous. » Marie-Laurence est bibliothécaire. Interceptée à 7 h 40 à la station Gabriel Péri, elle dit qu’elle devrait théoriquement mettre moins d’une heure pour aller travailler et met en moyenne 1 h 20 : « Les conditions sont déjà pénibles, alors si on ajoute des centaines de nouveaux voyageurs, je ne suis pas sûre que la future ligne 14 suffise… » Jamila, femme de ménage de 43 ans croisée à la station Porte de Paris à 11 h 45 : « Heureusement que je suis petite, j’arrive à me faufiler, quitte à être écrasée tout le trajet. » Plus question, en revanche, de prendre cette ligne avec son fils : « Ça le fait pleurer. »

A 19 heures, station Saint-Lazare, l’enfer a repris. Une dizaine de gilets orange s’active pour fluidifier le trafic. Machinalement, ils répètent : « Veuillez laisser descendre avant de monter. » Une foule impressionnante est agglutinée sur le quai. A l’intérieur du wagon, plein comme un œuf, trois voyageurs tentent d’ouvrir une vitre pour insuffler un peu d’air. On repense à la supplique de cet homme à la station précédente : « Laissez-moi sortir, bordel de merde ! »

Voir en ligne : Libération.fr

Ailleurs

Ailleurs

Dernier ajout : 15 décembre.