Inter-Environnement Bruxelles

IEB y était

Les différentes échelles de l’économie productive

Publié le lundi 2 novembre, par Claire Scohier
Version imprimable

Photo : IEB

Mi-octobre, dans le cadre du Brussels Academy, IEB participait à une balade animée par Jan Zaman et Nasia Casabella sur les activités productives à Bruxelles. Démarrant près du quartier Masui dans le quartier Nord pour atterrir au Byrrh derrière Tour et Taxis, en passant de l’autre côté du canal, le parcours permettait d’observer avec acuité la question des différentes échelles dont ont besoin les entreprises productives pour survivre dans le territoire dense et spéculatif de la ville, depuis la petite PME de construction ou le garagiste au centre logistique en passant par un récupérateur de métaux ferreux. S’il est précieux de préserver en Région bruxelloise de vastes parcelles protégées dans des zones d’industrie urbaine pour un certain nombre d’activités productives (lire à ce sujet : « Industrie cherche terre d’accueil »), il faut également préserver de petites parcelles. Une étude récente de Sarah De Boeck (et al) parue dans Brussels Studies nous montre ainsi que 93 % des entreprises de construction sont des PME insérées dans le tissu urbain sur des petites parcelles. Elles occupent essentiellement une main d’œuvre locale et travaillent avec des fournisseurs locaux. Ces entreprises très utiles aux habitant·e·s et à l’économie de la ville sont invisibles et mises pression dans le cadre de la transformation urbaine, la raréfaction et le prix des petites parcelles disponibles. Écho similaire dans cette étude du bureau 1010 sur l’accueil des activités productives de petite échelle à Molenbeek. Ces études plaident pour une meilleure connaissance et visibilisation de ces activités et pour l’adoption de mesures de régulations permettant de maintenir des prix abordables pour les maintenir dans la ville.


Claire Scohier


Présence IEB

Dernier ajout : 24 novembre.