Inter-Environnement Bruxelles

Le canal : du focus au blocus !

Publié le mercredi 24 septembre 2014, par I E B
Version imprimable

Tags :

Plan Canal, Canal Days, Festival Kanal, le canal bruxellois est l’objet de toutes les attentions et convoitises. Des promoteurs aux créatifs en tout genre, qu’il s’agisse des pouvoirs publics, des promoteurs, de la « classe créative » ou des touristes, tout le monde veut y acheter, s’y promener, s’y loger jusqu’à l’état de siège.

Le canal : du focus au blocus ! · Plan Canal, Canal Days, Festival Kanal, le canal bruxellois est l’objet de toutes les attentions et convoitises. Des promoteurs aux créatifs en tout genre, qu’il s’agisse des pouvoirs publics, des promoteurs, de la « classe créative » ou des touristes, tout le monde veut y acheter, s’y promener, s’y loger jusqu’à l’état de siège.

L’état des lieux illustré réalisé par l’Agence de développement territorial (ADT) et consultable ici (www.adt-ato.irisnet.be), est en droite ligne de ce marketing qui sévit autour de cette historique voie d’eau ayant servi pendant plusieurs siècles au transport de marchandises, de bassin de main d’œuvre et de logements aux masses ouvrières. Si la facture est belle, les graphes et cartes agréables à consulter, on regrettera le regard lisse et faussement neutre que l’atlas donne de ce vaste territoire urbain habité par 16% de la population totale de la Région bruxelloise (soit plus de 180 000 habitants).

Pourquoi, ainsi, ne parler de cette population que sous l’angle de son âge et de son origine ethnique ? Pourquoi les interviews sur la question cruciale du logement mettent prioritairement en avant la dynamique du secteur privé – et font une fois de plus la promotion du projet Up Site – ou pointent l’intervention des pouvoirs publics dans les aides à l’accès à la propriété (City Dev) alors que les habitants de ces territoires, au vu de leur faible revenu, manquent cruellement de logements sociaux ou de logements locatifs abordables et en bon état ? Comment se fait-il que l’identité et la perception de ces quartiers soient traités uniquement sous l’angle d’une étude identitaire pilotée par le service du marketing urbain de l’ADT ? Pas une seule parole d’habitants, d’un comité de quartier ou d’une association locale. Seraient-ils à ce points déconsidérés pour ce qu’ils auraient à dire alors que leurs visages muets s’étalent complaisamment, en couleur, en long et en large des 240 pages de l’ouvrage. Ils sont « les plus beaux du quartier » mais pour combien de temps encore ?

« On ne peut pas dire que les gens ont raison ou tort mais tout simplement que les choses évoluent », le ton est donc donné par cette phrase lapidaire du promoteur de la merveilleuse tour Up Site himself, qui a ouvert ses portes pour l’occasion, la tête dans les nuages alors que beaucoup d’habitants ont les pieds dans la gadoue. Le « renouveau » du canal et les efforts pour créer une nouvelle « mixité sociale » (qui existe déjà !) s’adressent-ils aux habitants actuels ou au marché privé ? En s’exprimant prioritairement en anglais, excluant de fait la plupart de ceux qui habitent encore la ville, le festival Kanal de ce dernier week-end a fait clairement son choix. En orientant ses appels à projets vers les milieux artistiques internationaux plutôt que vers les quartiers, en baladant les touristes le long du canal pour leur montrer des œuvres artistiques éphémères sans aborder les vrais besoins de territoires urbains densément habités, en installant son « Festival Center » dans un bâtiment racheté par une compagnie d’assurance à des fins spéculatives, se détournant craintivement du quartier Nord pour s’ouvrir uniquement vers un Canal en joie, quelle histoire essaie-t-on de nous imposer au prix d’un apport massif de subsides régionaux ?

Vous aussi vous avez envie d’entendre un autre son de sirène ? Contactez-nous !

Inter-Environnement Bruxelles



Actions

Dernier ajout : 19 septembre.