Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Le Roundup nocif ? Un mythe selon Brico

Publié le mercredi 5 avril, par Web editor

À la mi-mars, Greenpeace a envoyé deux mystery shoppers (clients mystère) dans une vingtaine de magasins Brico. Ces deux personnes ont posé la question suivante : « Je souhaite désherber ma terrasse/mon allée. Que me recommandez-vous ? Ce qui est surprenant est que le leader du marché continue de promouvoir des produits contenant du glyphosate tel que le Roundup. Selon certains vendeurs, ces produits seraient même totalement inoffensifs.

Regardez la vidéo

« Non cancérigène », « Ce n’est pas un produit écologique, mais ce n’est pas nocif », « Ce n’est pas vrai qu’il est plus nocif [que ses alternatives] » entend-t-on dans les magasins de la plus grande enseigne de bricolage du pays.

« Brico nie les preuves scientifiques [1] et l’inquiétude croissante concernant les conséquences de cet herbicide [2]. Ses bénéfices l’emportent vraisemblablement sur notre santé et l’environnement », critique Muriel de Pauw de la campagne Agriculture chez Greenpeace Belgique.

D’après un arrêté royal du 24 novembre 2015, les vendeurs sont tenus d’informer sur les risques de l’emploi de pesticides pour l’environnement et la santé. Ils sont également censés informer le consommateur correctement sur les alternatives à la lutte chimique.

« Si Brico ne peut assurer que ses employés informent correctement les clients sur les conséquences du glyphosate sur la santé et l’environnement, il serait préférable de retirer ces produits de ses rayons – comme l’ont fait de nombreux magasins dans nos pays voisins [3] », affirme Muriel de Pauw.

La Wallonie a, depuis lors, interdit l’usage du glyphosate pour les particuliers à partir du 1er juin 2017. À Bruxelles, le glyphosate est également interdit depuis la fin de l’année dernière [4]. Cela signifie que ces herbicides seront bientôt interdits aux particuliers dans et autour de la maison dans deux des trois régions de la Belgique.

« Brico encouragera-t-il donc ses clients bruxellois et wallons à enfreindre la loi ? », se demande Muriel de Pauw.

Pour plus d’informations, lisez notre media briefing (décembre 2016)

 

Notes :
[1] Le glyphosate a été classifiée “cancérigène probable” par le Centre international de recherche sur le cancer de l’OMS. Cette classification est utilisée en présence de « preuves limitées » chez l’homme et de « preuves suffisantes » résultant de tests de laboratoire sur des animaux que la substance peut être cancérogène pour l’homme. http://www.iarc.fr/en/media-centre/iarcnews/pdf/MonographVolume112.pdf 

[2] Myers et coll. 2016. Concerns over use of glyphosate-based herbicides and risks associated with exposures : a consensus statement. Environmental Health, doi 10.1186/s12940-016-0117-0. 17 februari 2016 http://ehjournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12940-016-0117-0

 
[3] Plus de 15 enseignes dans nos pays voisins ont déjà retiré les produits contenant du glyphosate de leurs rayons. Aux Pays-Bas cela concerne Intratuin, Praxis (société soeur de Brico !), Coop, Etos, Groenrijk, Hornbach, Jumbo, Plus, Gamma, Karwei en Ranzijn Tuin & Dier. En Allemagne ce sont Bauhaus, Baumarkt, Hornbach, Toom et Obi. Et en France les magasins U.

[4] Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 10 novembre 2016 interdisant l’utilisation de pesticides contenant du glyphosate en Région de Bruxelles-Capitale.

Voir en ligne : http://www.greenpeace.org/belgium/f...

La revue du web

La revue du web

Dernier ajout : 24 juin.