Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Le Carré des Chardons restera-t-il un espace vert ?

Publié le mardi 29 octobre, par Alain Debaecke

Délimité par les rues des Chardons et des Pavots et les avenues Rogier et Cambier, cet îlot, qui se situe à 250 m de la place Meiser à Schaerbeek, fait actuellement l’objet d’une enquête publique portant sur un projet de plan particulier d’affectation du sol (PPAS).

BEM 5, avril 1999
En 1999, les riverains du carré des chardons se mobilisaient une fois encore pour réserver de l’urbanisation cet espace vert de 6 500 m 2 alors cultivé depuis plus de 45 ans, réel espace de respiration dans les embouteillages du quartier Meiser.
Vingt ans plus tard, le spectre réapparait sous la forme d’un nouveau projet ; une école privée, une septantaine de logements et autant de places de parkings en souterrain, un gymnase et une place centrale y étaient projetés.
Un combat de longue haleine dont l’issue fut à nouveau en faveur des habitants avec le rejet du projet par la commission de concertation du 25 février 2019.
À l’instar de tant de mobilisations qui s’emploient à protéger la qualité de vie des bruxellois contre l’appétit des promoteurs immobiliers ou des ambitions d’attractivité de la région, celle-ci avait un arrière-goût de déjà vu.


Pour comprendre ce PPAS, un bref historique s’impose. Fin 1989, le propriétaire de l’intérieur de l’îlot, qui totalise 63 ares, introduit une demande de certificat d’urbanisme (CU) afin de pouvoir lotir le terrain et réaliser vingt maisons et vingt-sept boxes-garages. Les riverains, considérant ce projet comme disproportionné, constituent un comité de quartier pour s’opposer au projet qui finalement est rejeté par la commission de concertation. Début 1992, le propriétaire introduit une demande de CU avec un projet remanié (douze maisons avec garages et sept boxes). Le Comité de Quartier du Carré des Chardons (CQCC) réagit en introduisant lui-même une demande de CU pour un projet alternatif, qui prévoit de conserver l’espace vert et sa fonction potagère grâce à un programme socio-culturel et éducatif.

Ce projet reçoit un avis favorable de la commission de concertation. En août 1992, le CQCC est le premier comité de quartier, dans la Région, à introduire auprès de la commune une demande de PPAS et ce en vertu de l’Ordonnance Organique de la Planification et de l’Urbanisme de 1991. Ce projet vise à préserver l’intérieur de l’îlot de toute construction et à garantir sa vocation d’espace vert. La commune accède à cette demande mais en 1997, ce projet est rejeté par la Région pour non-conformité aux arrêtés régionaux concernant la présentation du projet et vu l’absence de plan d’expropriation du terrain. En septembre 1998, le projet de plan régional d’affectation du sol (PRAS) reprend le Carré des Chardons en zone verte, ce qui exclut tout lotissement. Vu l’absence de réaction du propriétaire dans le cadre de l’enquête publique concernant le PRAS, la commune a aujourd’hui réintroduit un projet de PPAS mais toujours sans expropriation. Ce projet propose de maintenir l’intérieur d’îlot en zone verte, d’harmoniser les gabarits des constructions sur le pourtour, de préserver l’esthétique des immeubles repris à l’inventaire, de permettre la fermeture du front bâti rue des Chardons, de protéger les zones de recul existantes et de renforcer le logement comme fonction principale. Ces propositions rejoignent parfaitement les objectifs que s’était fixés le comité de quartier. Mais subsiste le problème de l’expropriation.

Tant que l’espace vert reste propriété privée, il y a peu de chances qu’il soit ouvert à la population. Le comité espère que la Région ou la commune achètera ce terrain afin de le rendre accessible au public en toute légalité.

Bem 300 - Mai-juin 2019

Bem 300 - Mai-juin 2019

Dernier ajout : 10 décembre.