Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Éditorial

La transition économique, c’est pas pour demain

Publié le mercredi 8 février 2012, par IEB

Le 22 décembre dernier, le Gouvernement bruxellois a profité de sa dernière réunion avant les fêtes pour prendre quelques décisions qui méritent d’être analysées sous l’angle du présent dossier consacré au pic du pétrole.

Le projet de centre commercial en lieu et place des entrepôts Godin s’est vu octroyer son controversé certificat d’environnement. Cette décision est particulièrement symbolique au moment où l’envol des prix de l’énergie et des matières premières est désormais inéluctable. Car le projet « Just under the skie » constitue bien une ode à la consommation et au déplacement automobile qui jouera par ailleurs le cheval de Troie pour un changement complet d’affectation des parcelles environnantes, condamnant le déplacement à terme vers Schaerbeek Formation du marché matinal et du centre européen des fruits et légumes installés sur les parcelles voisines. Le certificat est délivré moyennant conditions, parmi lesquelles l’objectif à terme « raisonnable » de limiter la part modale de la voiture à 50 % et de ne pas développer d’offre concurrentielle par rapport aux commerces du centre-ville. On se demande bien avec quels outils les pouvoirs publics pourront empêcher les externalités négatives provoquées par le projet.

Sur l’autre rive du canal, un peu plus loin en direction de Vilvorde, c’est le terrain dit « Carcoke », qui se voit attribuer un nouvel occupant : un centre de tri pour B-post. Au menu, le rassemblement de plusieurs centres de tri sur un seul site, initialement prévu pour accueillir des activités logistiques en lien avec la voie d’eau. Le site « Carcoke » a fait l’objet d’investissements lourds de la part des pouvoirs publics pour dépolluer le terrain d’une part et détourner la chaussée de Vilvorde pour permettre un accès aisé et sécurisé aux berges du canal. In fine, le gouvernement bruxellois cède à un odieux chantage à l’emploi en promouvant un projet bancal, qui concède la majorité du terrain à un projet 100 % camion tout en réservant une bande de 80 m de terrain le long des berges pour d’hypothétiques activités en lien avec la voie d’eau.

Voilà deux décisions qui démontrent que la transition vers une économie bruxelloise non carbonée n’est toujours pas dans les priorités du Gouvernement bruxellois...

Inter-Environnement Bruxelles

BEM n°253 – Janvier 2012

BEM n°253 – Janvier 2012

Dernier ajout : 24 août.