Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

La rénovation dans le logement social à Bruxelles. Comment expliquer les lenteurs et en venir à bout ?

Publié le mardi 19 juillet, par Marie Defreyne

Lenteurs, projets interminables, insalubrité, logements vides : autant de représentations accablantes qui viennent en tête lorsqu’on évoque le logement social et les programmes de rénovation. Derrière les constats cinglants se cache cependant une réalité complexe, avec de nombreux acteurs et des responsabilités multiples et partagées. C’est pour éclairer ces réalités que le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat a publié un dossier consacré au logement social à Bruxelles dans son magazine trimestriel « Article 23 ».

Lenteurs, projets interminables, insalubrité, logements vides : autant de représentations accablantes qui viennent en tête lorsqu’on évoque le logement social et les programmes de rénovation. Derrière les constats cinglants se cache cependant une réalité complexe, avec de nombreux acteurs et des responsabilités multiples et partagées.

C’est pour éclairer ces réalités que le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat vient de publier son magazine trimestriel « Article 23 », 2ème volet d’un dossier consacré au logement social à Bruxelles, dans lequel il aborde la problématique sous deux angles : les rénovations et les fusions.


La rénovation des logements sociaux : constats et propositions

Depuis une quinzaine d’années maintenant, le Gouvernement Régional investit des moyens conséquents dans les rénovations (300 millions pour la période 2014-2017). Pourtant, la situation reste critique sur certains sites : projets qui stagnent, immeubles dégradés, logements vétustes, inconfortables, … Pour comprendre, le RBDH a tenté de questionner l’efficacité du secteur et sa capacité à mener ces projets à terme. Cet Article 23 analyse également les contraintes auxquelles sont soumises les sociétés de logement social (SISP) : règles strictes des marchés publics, délais anormalement longs pour l’obtention du permis d’urbanisme, difficultés de rénover des sites classés au patrimoine, …

Suite à ces constats, le RBDH a émis une série de propositions : mieux planifier les projets de rénovation, penser les rénovations à l’échelle d’un site plutôt que des interventions partielles et non coordonnées, se tourner vers l’Europe pour trouver de nouvelles sources de financement, assouplir les procédures de contrôle internes au secteur, etc. Penser de nouvelles perspectives pour le futur de la rénovation du logement social, c’est aussi penser aux locataires, c’est-à-dire porter une attention particulière aux locataires qui doivent être relogés et bénéficier de l’expertise des habitants pour concevoir les projets de rénovation.

Les fusions des SISP : une opportunité de faire mieux

Le gouvernement bruxellois a décidé de réduire de moitié le nombre de SISP ; on passe ainsi de 32 sociétés à 16 : une réforme d’ampleur pour le secteur. Le RBDH y voit des opportunités à saisir pour professionnaliser les équipes, réaliser des économies d’échelle et profiter des bonnes pratiques des uns et des autres afin d’améliorer, in fine, la capacité des SISP à absorber toujours plus de projets de rénovation.

Et pour la suite ?

Le travail du RBDH ne s’arrête pas à ces publications. Dans les mois qui s’annoncent, des tables rondes seront organisées, auxquelles seront conviés les acteurs du logement social, afin d’affiner et renforcer nos propositions. Rendez-vous à l’automne !

Contacts presse

Werner Van Mieghem
Coordinateur du RBDH
02/502.84.63

Marie Defreyne
Chargée de projet

Plus d’infos

Ce communiqué de presse accompagne la publication du magazine trimestriel du Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat (RBDH asbl) : Article 23 # 62 –
« Produire des logements sociaux aujourd’hui et demain. Partie 2 : les rénovations et les fusions »
.

Voir en ligne : Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat (RBDH)

À la une

À la une

Dernier ajout : 25 septembre.