Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

La plus large autoroute du monde est déjà bouchée

Publié le mardi 19 janvier, par Thibaut Schepman

Quand on construit de nouvelles routes, on incite plus de gens à prendre leur voiture et les bouchons augmentent. Au Texas, la Katy Freeway, dotée de 26 voies, confirme ce paradoxe.

« Encore des bouchons ? Y a qu’à élargir la route ! » C’est en suivant cette logique qu’après plusieurs agrandissements, le Texas a inauguré avec fierté en 2008 « la plus large autoroute du monde ». Depuis, la Katy Freeway est dotée de 26 voies, ce qui lui a valu d’entrer, selon Business Insider, dans la liste des « autoroutes sur lesquelles il faut avoir conduit avant de mourir » (les deux sont compatibles).

Et pourtant, moins de dix ans après, on y roule maintenant plus lentement qu’avant l’élargissement. Si bien que Streetsblog USA a décerné à cette infrastructure démesurée le titre de « pire gabegie » de l’année. La plateforme de blogs dédiés aux transports et à la mobilité douce rappelle les études menées en 2015 sur ce « monument de futilité ». Le Houston Tomorrow indiquait ainsi en mai :

« Se déplacer à Houston est toujours plus difficile malgré les milliards dépensés dans les nouvelles routes. Aller du centre-ville de Houston jusqu’à Pin Oak via la Katy Freeway prenait 51% plus de temps en 2014 qu’en 2011, selon nos analyses des données du HTD. »

La Katy Freeway à Houston, Texas
La Katy Freeway à Houston, Texas - SUPERSTOCK/SIPA
Plus de routes -> plus de voitures

Comment est-ce possible ? Tout simplement parce que quand on construit de nouvelles routes, on incite plus de gens à prendre leur voiture et/ou à s’installer dans un pavillon plus loin de la ville accessible uniquement en voiture.

C’est un phénomène bien connu, appelé paradoxe de Braess ou trafic induit. Nous vous en parlions lors d’un reportage en novembre 2014 dans le Nord. Après 40 ans de bataille, et la mort de nombreuses personnes renversées par des voitures, les habitants de deux villages avaient obtenu que la départementale contourne leurs villages. Mais le trafic a repris en seulement quelques mois.

A l’époque, Nicolas Louvet, directeur du bureau spécialiste de la mobilité 6-T, confirmait :

« Effectivement, quand on constate qu’une route est saturée, on a tendance à rajouter une voie. Mais, souvent, la première route se retrouve rapidement à nouveau saturée. Le trafic automobile fonctionne comme la mécanique des fluides, si l’on ne coupe pas le robinet à la base, rajouter une sortie ne suffit pas. »

Tonneau des Danaïdes

Dans les zones très peuplées, tenter de lutter contre les bouchons en agrandissant le réseau revient en fait à remplir le tonneau des Danaïdes, reconnaissait en 2014 l’Institut des transports du Texas. Malheureusement, regrette Streetsblog, l’Etat du Texas compte bien continuer dans la même voie dans les années qui viennent.

Et en France ? Une pétition a été lancée en décembre contre le doublement de l’autoroute A45, entre Saint-Etienne et Lyon, dont les détracteurs craignent qu’elle « désertifie la vallée du Gier, où le taux de chômage est déjà trop élevé, tout en transformant Saint-Etienne en cité-dortoir ». Elle a obtenu pour le moment 776 signatures.

Voir en ligne : Rue89

À la une

À la une

Dernier ajout : 1er octobre.