Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

La lutte contre l’inoccupation doit prendre le pas sur les constructions nouvelles

Publié le mercredi 29 avril 2009, par IEB

La plateforme Logements Vides a organisé une action ce lundi 27 avril dans un immeuble à l’abandon situé à l’angle des rues d’Anderlecht et de la Buanderie. Pour quelques heures cette maison vide depuis des années a symboliquement retrouvé des habitants... sous forme de photos projetées sur les fenêtres. Ce fut aussi l’occasion de réaffirmer les revendications de la plateforme.

Ce mardi 5 mai une nouvelle action sera organisée sur le site du Quartier Nord et aura pour thème les bureaux vides. N’hésitez pas à nous contacter pour participer à cette initiative.

JPEG - 18.3 ko
Action de la plateforme Logements vides - lundi 27 avril 2009

La lutte contre l’inoccupation doit prendre le pas sur les constructions nouvelles. La plateforme Logements Vides mène une action dans le quartier Anneessens

La plateforme Vide Verdoemme !! mène une action ”photos d’art” pour demander au futur gouvernement régional de faire grand cas de la lutte contre l’inoccupation. La nouvelle ordonnance contre l’inoccupation comporte des éléments positifs mais les responsables de la plateforme ne sont guère rassurés.

27 avril 2009 — La nouvelle plateforme Logements Vides - Vide Verdoemme !! a insufflé lundi soir une nouvelle vie à une maison inoccupée dans le quartier Anneessens. Sous le slogan « Je n’habite pas ici » ils ont projeté des photos de dizaines de Bruxellois sur les fenêtres.

La plateforme veut, de la sorte, attirer l’attention sur sa campagne contre l’inoccupation à Bruxelles. Sous le slogan Vide Verdoemme !! la plateforme forge une alliance surprenante entre divers groupes d’habitants et les associations. D’une part l’on y retrouve des comités de quartier et des associations de quartier du centre qui sont confrontés à l’inoccupation et, d’autre part, les comités de la deuxième ceinture et les associations environnementales qui luttent pour le maintien des zones vertes. Ces différents groupements se retrouvent dans la formulation d’une série d’exigences.

Priorité à l’inoccupation

Bas Wildemeersch du Buurtwinkel et de Samenlevingsopbouw déclare : « Selon toute vraisemblance, il existe actuellement au moins 15.000 logements bruxellois vides. Cette situation est intolérable au vu de la crise du logement. Tant de gens à la recherche d’un logement alors qu’il y a dans les environs tellement de bâtiments laissées à l’abandon. »

Steven De Ridder du comité de quartier Neerpede Blijft ajoute que le futur gouvernement régional devrait donner la priorité à la lutte contre l’inoccupation. « Ces dernière années, beaucoup d’espaces ouverts de la cité ont subi la pression de grands projets immobiliers. Les espaces ouverts disparaissent de plus en plus. Nous admettons volontiers qu’il faut construire du neuf, mais nous appelons quand même à traiter nos espaces ouverts avec circonspection. Si un prochain plan de logement prévoit de s’attaquer prioritairement à l’inoccupation, nous obtiendrons tout aussi bien des milliers d’habitations. »

Un nouveau plan régional de développement est nécessaire

Piet Van Meerbeek du Bral vzw nous fait savoir : « Pour aborder nouvelles constructions et inoccupation de manière réfléchie, le futur gouvernement régional devra proposer un Plan de Développement Régional ambitieux, comportant une analyse de l’urbanisation de la région ainsi qu’un plan de densification. Un tel plan doit fournir les réponses à des questions du type “Combien d’habitations la lutte contre l’inoccupation peut elle générer ? Où pouvons nous densifier ? Où pouvons nous créer du Vert ?” »

Corriger les instruments contre l’inoccupation

La réhabilitation efficace d’un grand nombre de bâtiments vides en habitations ou leur remise sur le marché, dépend naturellement des instruments dont nous disposons. L’ordonnance contre l’inoccupation, récemment votée par le parlement Bruxellois comprend maints aspects positifs : la faculté pour les associations d’introduire une action en cessation auprès du Tribunal de Première Instance, la création d’un cellule régionale de l’inoccupation et l’instauration d’une amende administrative régionale ainsi que d’une hypothèque légale sur l’immeuble concerné. La plateforme n’a pourtant pas tous ses apaisements. Sur un certain nombre de points, le texte de loi est assez peu précis, ce qui fait que la pratique pourrait s’avérer bien différente de la théorie. La définition de l’infraction n’est pas évidente, il n’y a pas de critères clairs quant à l’exonération des amendes... En d’autres mots : la porte est largement ouverte aux diverses joutes juridiques. Voilà ce que craint la plateforme. C’est pourquoi les organisations convient le prochain parlement à procéder rapidement à apporter à l’ordonnance les améliorations qui s’imposent.

Contact

- Piet Van Meerbeek, 0478/999 707, vzw Brusselse Raad voor het Leefmilieu, 02 / 217 56 33 • fax 02 / 217 06 11
piet@bralvzw.be.


Prises de position

Dernier ajout : 25 septembre.