Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

DOSSIER : PIÉTONNIER POUR QUI ?

La genèse d’Interparking

Publié le mardi 21 avril 2015, par IEB, Patrick Wouters

Dans la série « Petits faits de culture urbanistique bruxelloise », aujourd’hui : pourquoi le Parking 58 a-t-il été construit à cet endroit ?

Le Parking 58 a été construit sur un terrain communal, résultant de la démolition des Halles Centrales, édifice de fer et de verre construit en 1872-74, en même temps que la Bourse, lors du voûtement de la Senne.

Le 21 février 1955, l’Échevin des Travaux Publics de la Ville de Bruxelles, Paul Vanden Boeynants, propose au Conseil communal de donner en concession la partie Nord des Halles Centrales, ou éventuellement son terrain seul, pour y édifier un grand garage-parking.

La concession fut adjugée à une première société, qui se désista. VDB en parla à l’entrepreneur Armand Blaton, qui évoqua le sujet avec Claude De Clercq (le patron de ce qui deviendra Interparking), et c’est ainsi que Claude De Clercq décida de construire le Parking 58 avec les Blaton. Peu après, Charly De Pauw (le patron de ce qui deviendra le Consortium des Parkings / Compagnie de Promotion) rejoignit l’affaire. Le terrain fut concédé par la Ville de Bruxelles sous la forme d’un bail emphytéotique [1].

Mais pourquoi ce parking à cet endroit-là ?

La Ville de Bruxelles chargea en 1955 le groupe d’urbanistes Tekhné d’établir le plan directeur pour le Pentagone. Ce bureau d’études s’était fait connaître par ses plans de villes nouvelles au Congo, villes faites de zones mono-fonctionnelles, avec beaucoup d’attention accordée à l’automobilité.

Le plan Tekhné, terminé en 1962, prévoyait de remodeler le réseau routier de la Ville en établissant autour du centre historique une ceinture intérieure doublée d’aires de stationnement et communiquant avec des voies de pénétration en étoile. Le concept global était susceptible d’être réalisé progressivement. à la place De Brouckère se situerait l’« échangeur de circulation n°1 ». Et voilà pourquoi VDB, qui connaissait le plan (non encore rendu public), avait attiré l’attention d’Armand Blaton sur l’opportunité.

L’éloge funèbre de VDB, prononcé au Sénat le 18 janvier 2001, comporte, cachés au milieu des louanges habituelles, ces passages révélateurs : « Dans cette Belgique en pleine expansion économique après l’Exposition universelle, Paul Vanden Boeynants démontrera partout et toujours ses extraordinaires talents de manager, chez qui s’estompera progressivement la distinction nécessaire entre la politique et les affaires dont il estime qu’elles pouvaient s’épauler mutuellement. Le dynamique chef d’entreprise introduit dans le monde politique un style nouveau, importé des États-Unis, pour lesquels il avait une véritable fascination et où il avait étudié les techniques de communication et les campagnes électorales. Sa vision politique était résolument moderniste. Cependant, sa fascination pour l’Amérique n’eut pas toujours, dans le domaine de l’urbanisme à Bruxelles, les résultats les plus heureux. »

VDB et Tekhné tenaient le raisonnement suivant :
1. la ville n’a d’avenir que si son commerce prospère ;
2. ce commerce ne peut prospérer que s’il est accessible ; — attention, c’est ici que le raisonnement dérape
3. donc, certaines rues doivent êtres libérées du trafic automobile pour les rendre piétonnes et agréables aux commerces riverains alors que d’autres rues doivent être mises à sens unique (et donc devenir roulantes) pour accéder aux rues agréables ;
4. et pour cela il est nécessaire de construire de nombreux parkings le long des rues roulantes transformées en petit ring [2].

La (mauvaise) histoire se répète

Ce raisonnement a conduit nos centres urbains à un infarctus de la mobilité. Il est pourtant appliqué aujourd’hui, avec beaucoup de détermination, par l’actuelle échevine de la Mobilité de la Ville de Bruxelles, Mme Els Ampe, dans son nouveau plan de circulation.

Elle a écrit un petit article sur le courage et l’audace dans le numéro de décembre du Vrije Brusselaar, le journal trimestriel de son parti. Je dirais que le courage et l’audace sont de belles qualités, parfaites pour foncer dans le mur quand il y manque la réflexion.

Mme Ampe doit revoir complètement son plan de « mobilité » et accorder toute son attention au réseau de transport en commun (trams, bus) dans le Pentagone si elle veut vraiment assurer un avenir viable à Bruxelles.

Patrick Wouters
23 janvier 2015

Notes

[1Un bail emphytéotique est un bail de très longue durée (jusqu’à 99 ans), qui confère au locataire du terrain la quasi-propriété, à charge pour lui d’y construire et de payer un loyer modique. A la fin du bail, le bâtiment construit revient au bailleur, sans que ce dernier n’ait à indemniser le locataire.

[2Ce petit ring ne fut que partiellement réalisé (mise à sens unique des rues du Fossé aux Loups, des Augustins dans un sens, des rues de l’Évêque et d’Arenberg dans l’autre), toutes rues élargies à l’occasion de la construction du Centre Administratif de la Ville de Bruxelles et du Building Philips.

Bem 275 – Mars-avril 2015

Bem 275 – Mars-avril 2015

Dernier ajout : 1er octobre.