Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

La Flandre va créer plus de bouchons qu’elle ne pourra jamais en absorber

Publié le jeudi 7 avril 2011, par IEB

Si les Gouvernements flamand et bruxellois mettent en application leurs différents plans et projets de développement à la périphérie de Bruxelles, le ring de Bruxelles (RO) sera à l’arrêt. Totalement à l’arrêt. Les associations environnementales bruxelloise et flamande demandent aux Gouvernements flamand et bruxellois de mettre fin au processus de surenchère irréfléchie qui touche actuellement Bruxelles et sa périphérie.

Si les Gouvernements flamand et bruxellois mettent en application leurs différents plans et projets de développement de nouveaux centres commerciaux, de bâtiments de bureaux supplémentaires, de centres logistiques et de services en tous genres, à la périphérie de Bruxelles, le ring de Bruxelles (RO) sera à l’arrêt. Totalement à l’arrêt. Et un élargissement du RO ne résoudra en rien le problème. C’est ce qui ressort des calculs et projections commandées par la Région Flamande à l’occasion de l’étude d’incidence réalisée dans le cadre du nouveau Plan Régional d’Exécution Spatiale pour la VSGB (Vlaams Strategisch Gebied rond Brussel – Zone Stratégique de la périphérie Flamande autour de Bruxelles). Ce plan est par ailleurs à l’enquête publique jusqu’au 14 avril.

Les associations environnementales bruxelloises et flamandes Bral (Brusselse Raad voor het Leefmilieu), Inter-Environnement Bruxelles (IEB) et BBL (Bond Beter Leefmilieu) tirent la sonnette d’alarme. BRAL, IEB et BBL demandent aux Gouvernements flamand et bruxellois de mettre fin au processus de surenchère irréfléchie qui touche actuellement Bruxelles et sa périphérie. Le rapport établi clairement que sur l’ensemble de Zaventem les normes en matière de qualité de l’air ne seront pas respectées. Le rapport met en garde quant aux impacts des développements prévus sur la santé des personnes qui fréquenteront à termes la nouvelle école et l’hôpital qui sont prévus dans la zone. Par ailleurs, en cas de réalisation de tous ces projets, l’inaccessibilité croissante de la zone aura également un lourd impact sur l’économie. De toute évidence, les développements prévus autour de Bruxelles et plus particulièrement dans le Nord de la périphérie sont bien trop importants pour être soutenables.

« La saturation du RO deviendra insoutenable »

Si le Gouvernement flamand approuve l’ensemble de ses plans, nous pouvons nous attendre à un Ring RO paralysé. Le rapport d’incidence indique clairement une augmentation de 50% du trafic sur la partie Nord du Ring de Bruxelles. L’élargissement du Ring et l’amélioration des dessertes en transports publics ne permettront pas, même s’ils sont combinés, d’éviter qu’il y ait, à terme, encore plus d’embouteillages sur le Ring RO. Cette situation sera principalement due au développement des différents centres commerciaux projetés tant en Flandre qu’à Bruxelles.

Le plan flamand prévoit le développement, sous le viaduc de Vilvorde, d’un terrain dédié au promoteur privé Uplace qui compte y développer un « complexe de loisirs » de plus de 200 000 m² ainsi qu’un centre commercial de 60 000 m², 40 000 m² de bureaux et 20 000 m² d’hôtels... Tout de près de là, le long du canal, la Région bruxelloise a donné son feu vert au promoteur privé Mestdagh pour la construction d’un centre commercial de 50 000 m², Just Under the Sky. Également tout près de là, sur le plateau du Heyzel, la Ville de Bruxelles projette d’implanter son projet Neo, un nouveau développement de taille, comprenant entre autres choses un centre de congrès international et un centre commercial de 60 000 m². Par dessus tout cela, la Flandre compte également autoriser la construction de 50 000 m² de bureaux sur le parking C du Heyzel, situé effectivement en Flandre...

Et pendant ce temps, les projets de construction d’un nouveau stade de football national et d’un centre de distribution multimodal sur le site de Schaerbeek Formation, juste à côté de Uplace, vont eux aussi bon train.

Selon l’étude d’incidences menée par la Région flamande, la combinaison de l’ensemble de tous ces projets génèrera un tel flux de circulation qu’il ne pourra pas être absorbé par les infrastructures routières existantes. Même l’élargissement du Ring RO n’apportera pas de réponse suffisante au problème. L’ampleur des développements prévus n’amènera qu’un allongement des files existantes (voir annexe 1). De plus, il existe encore une série d’autres projet qui ne sont pas encore pris en considération.

Le report du trafic de transit sur les voiries locales des communes avoisinantes (Machelen, Diegem, Vilvoorde, Zaventem…) deviendra insupportable pour leurs habitants. Les files existantes sur les axes d’entrée seront encore plus longues qu’aujourd’hui, même en dehors des heures de pointe et même durant les week-ends. L’étude d’incidences stipule littéralement que même en prenant en compte un élargissement du Ring, les problèmes existants ne feront que s’amplifier (voir annexes 2 et 3).

Contrairement à ce que les autorités flamandes tentent de nous faire croire depuis longtemps, l’élargissement du Ring RO n’est donc pas du tout une solution qui permettra de résoudre le problème de la congestion du trafic sur cet axe, ni même de la percolation de ce trafic sur les routes secondaires et les voiries locales. A contrario, l’augmentation de la capacité d’une voirie ne fera qu’attirer plus de trafic. Les bandes de circulation supplémentaires sur le Ring RO engendreront plus de circulation, pas seulement sur le Ring RO, mais aussi sur l’ensemble des voiries qui y sont connectées et jusqu’aux voiries locales qui traversent le centre des villages de la Région. Ce sont les conclusions que livre l’administration flamande elle-même dans son rapport.

Conclusion

Les résultats de l’étude d’incidence parlent d’eux-mêmes. Ils montrent la nécessité d’un débat public et d’un changement dans le positionnement politique des Gouvernements flamand et bruxellois. Nier les résultats de sa propre étude ne pourrait être qualifié de bonne gouvernance. Un élargissement du Ring RO ne résout clairement pas les problèmes de circulation existants. La seule solution consiste en une planification territoriale mûrement réfléchie et concertée entre les deux Régions pour Bruxelles et sa périphérie. Ceci implique que tout nouveau développement dans chacune des deux régions soit implanté au regard des autres réalisations prévues et existantes et que sa localisation soit fixée en fonction de l’accessibilité en transports en commun et en vélo. Ceci implique une accélération du développement du réseau RER et des pistes cyclables express. Ceci devrait permettre une diminution de l’usage de la voiture au profit des modes de déplacement doux.

Contact :
- Mathieu Sonck, secrétaire général IEB, 0478/20 35 78.
- Jeroen Verhoeven, Stafmedewerker mobiliteit Bral, 0477/46 31 81.
- Joost Vandenbroele, Stafmedewerker stedenbouw Bral, 0473/85 35 37.
- Erik Grietens, Beleidsmedewerker BBL, 0473/85 35 37.

Historique et mise en contexte

Fin 2010, le Gouvernement flamand a adopté provisoirement le Plan d’Exécution Spatiale pour le territoire de la VSGB (Vlaams Strategisch Gebied rond Brussel). Le rapport portant sur l’étude d’incidences du plan a lui été approuvé en juin 2010. Le Plan d’Exécution Spatiale est soumis à enquête publique du 14 février au 14 avril 2011. Il peut être consulté via le site du Gouvernement Flamand à l’adresse http://www2.vlaanderen.be/ ruimtelijk/grup/ 00100/00124_00001/ index.html (documents également en français). Chacun peut donc encore émettre ses remarques, réclamations et observations par écrit auprès de l’administration flamande. L’approbation définitive est fixée pour début 2012. Indépendamment de ce Plan d’Exécution Spatial, le gouvernement flamand élabore aujourd’hui une étude d’incidences sur l’élargissement du Ring de Bruxelles (RO). L’approbation de celle-ci est attendue pour le début 2012.

Annexes

Projet de plan régional d’exécution spatiale. Délimitation de la VSGB et des zones d’espaces ouverts contigües.

  1. « Pour permettre des développements à grande échelle dans la région bruxelloise, une augmentation de la capacité du R0 et des autoroutes radiales est nécessaire, mais également prévue. Néanmoins, comme il ressort des résultats provisoires du modèle de la circulation à l’horizon 2020, où ces élargissements de capacité ont été pris en compte, la capacité résiduelle ainsi créée sera très rapidement entièrement absorbée. La forte augmentation de la circulation qui en est à la base est en grande partie occasionnée par les grands projets urbanistiques dans la BHG et (dans une moindre mesure) dans Vilvoorde-Machelen (sans compter un certain effet d’aspiration inhérent à tout élargissement de capacité). » (PES VSGB, p.268, avril 2010).
  1. « En combinaison avec le degré actuel élevé de saturation pendant les heures de pointe sur le R0 (dans les deux sens) et des autoroutes radiales (dans une seule direction), ces développements se traduisent par des incidences très négatives sur la mobilité de l’ensemble du territoire objet de l’étude. Ces deux éléments de plan à grande échelle hypothèquent à leur tour la réalisation de la VSGB dans son ensemble par leur impact sur la fluidité sur le réseau autoroutier et par quelques grandes voies de pénétration. » (PES VSGB, p.267, avril 2010).
  1. « Le modèle de trafic du plan RIE R0 indique que la quantité de trafic dans la partie nord du R0 augmenterait d’environ 50 %, remplissant ainsi totalement la capacité supplémentaire créée, et le degré de saturation moyen serait également supérieur à la situation actuelle. » (PES VSGB, p.50, avril 2010).

Prises de position

Dernier ajout : 22 août.