Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Le logement social à la dérive

Publié le lundi 1er janvier, par ambroise.thomson@rbdh.be

En 2005, le Gouvernement bruxellois lançait un vaste programme de relance pour la construction de logements sociaux, le Plan régional du logement dit aussi PRL. A l’époque déjà, la liste d’attente faisait grand bruit (23343 candidats), sans sursaut aucun pourtant de la part du secteur. Début des années 2000, la production de nouveaux logements est en effet quasiment au point mort. L’annonce tombe alors, le gouvernement s’engage à investir dans la création de 3500 logements sociaux supplémentaires. Au passage, il décide, tant qu’à faire, de pousser le logement moyen, son enfant chéri, en ajoutant 1500 unités. Son attrait pour la classe moyenne supérieure ne sera d’ailleurs jamais démenti par la suite.

Fin 2013, rebelote. C’est d’un deuxième plan logement dont il est question avec un nom qui, peut-être veut marquer les esprits, l’Alliance Habitat. Le logement social classique, le locatif, y est encore représenté mais plus faiblement que dans la première édition. Les 70% du PRL chutent à 44%. 3000 logements sociaux sont attendus pour un objectif global de 6720 logements. Ce nouveau programme d’investissement vise cette fois à booster le logement public dans son ensemble, le social, le modéré, le moyen, le locatif certes, mais aussi l’acquisitif. Fait marquant, l’acquisitif social est pour la première fois encouragé pour mener des publics plus faiblement dotés vers la propriété.

Dix ans après les premières annonces, on n’en mène pas large. La production de logements publics n’a pas décollé. Tout au plus un léger frémissement. La promotion immobilière privée par contre se porte bien. Plus inquiétant à nos yeux ; le logement social dont le bilan est catastrophique. Le secteur s’en tire péniblement avec une progression annuelle moyenne de 110 logements. Entre-temps, la liste d’attente a explosé (43000 ménages).

Et pourtant, à écouter ceux qui sont à la manoeuvre, les choses iraient bon train. On assiste à une multiplication d’annonces positives, à une indigestion de chiffres, lancés à tout va et toujours plus prometteurs les uns que les autres. On nous martèle que les moyens sont là et colossaux en plus, que le logement social est une priorité…
Mais ça déraille et ça déraille même beaucoup. C’est à la suite d’une énième campagne de séduction qu’il nous a semblé utile de réagir, d’évaluer ces deux plans logement et sans complaisance cette fois. Si tous les acteurs qui y participent sont conviés au bilan, c’est bien le secteur du logement social qui y occupe la place centrale.

Encore le logement social ? Oui, parce que c’est la pièce maitresse des deux plans logement, parce qu’il incarne un enjeu essentiel pour Bruxelles, la défense d’un logement accessible pour tous, parce que malgré la relance, on construit moins de logements sociaux qu’avant le PRL et que les projets mettent de plus en plus longtemps à sortir de terre, parce que bizarrement quand nos politiques envisagent l’avenir de Bruxelles, c’est sans le logement social…

Eclairer certaines zones d’ombre entretenues savamment par nos dirigeants est une nécessité, débusquer les vraies raisons de l’échec de ces plans en est une autre. C’est ce que nous avons tenté de faire ici, au travers d’un bilan chiffré et de questions courtes, volontairement naïves, qui parlent des acteurs principaux des plans et de leurs déboires, des moyens financiers bel et bien là et pourtant sous-utilisés et des terrains, si difficiles à mobiliser.

Voir en ligne : http://www.rbdh-bbrow.be/spip.php?a...

Téléchargez

La revue du web

La revue du web

Dernier ajout : 23 octobre.