Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

La Tour Eggevoort

Publié le mercredi 19 juin 2013, par Anah


JPEG
Si on fait abstraction du bruit de la circulation et de l’etrimo voisin, ce fond de vallée et sa tour surgissant timidement des sous-bois, nous évoque une époque encore antérieure aux quartiers Léopold et européens.
La Tour du domaine Eggevoort est un des rares vestiges médiévaux de Bruxelles. À la tour s’accroche un petit édifice du nom de Vischhuis, « maison du poisson », témoignage de l’activité piscicole de la vallée du Maelbeek depuis le moyen-âge.

Bref historique

JPEG
La Tour connaît la même évolution que l’ensemble du Parc Léopold, domaine du chevalier Dubois de Bianco de 1819 à 1851, elle passe aux mains de la société privée du Jardin zoologique jusqu’à sa faillite, pour devenir propriété de la ville de Bruxelles en 1877. En 1914, elle fait l’objet d’une restauration. Dans les années 70, la tour est louée par une des membres de l’AQL qui la rénove et la sauve ainsi de la ruine. Située dans une partie du Parc Léopold qui redescend sur l’avenue du Maelbeek, longeant une propriété privée en friche depuis la fin des années 70, la Tour est devenue le local des jardiniers du Parc.

Aujourd’hui...

Depuis avril 2011, la zone de friche bordant la Tour Eggevoort est investie par un collectif d’habitants, d’animateurs socioculturels, de fonctionnaires, d’artistes et de scientifiques. Par le biais de micro-initiatives, le collectif PUM [1] s’interroge sur la façon de ré-imaginer ensemble le quartier européen.
Expérience de réappropriation du territoire, cette friche Eggevoort est devenue un lieu de rencontre et d’animations pour les riverains, les associations du quartier et les enfants. Cette zone humide fait l’objet d’une expérimentation sur la gestion de l’eau en ville. De façon plus large, ce collectif s’interroge et informe sur la vallée du Maelbeek, de l’histoire de la Tour Eggevoort au devenir de cette zone du Parc.
La situation semble évoluer dans les rapports entre les autorités publiques, les institutions et le milieu associatif. En effet, depuis 2013, dans un cadre propice au dialogue et à l’ouverture aux usagers, et suite à diverses réunions avec Beliris, la Région et le bureau d’Études, la coordination associative a eu la possibilité d’introduire auprès de Beliris, un avis en amont de l’introduction du permis d’urbanisme concernant la "zone Eggevoort" [2].

Le collectif y promeut la valorisation historique du lieu lié à la Tour Eggevoort et met en avant l’intégration de la présence de l’eau dans le paysage urbain. L’aménagement de la Friche Eggevoort pourrait s’articuler autour de la thématique de la biodiversité en milieu humide en partenariat avec l’Institut Royal des Sciences Naturelles. D’une manière générale, le collectif insiste sur l’aspect participatif du projet concernant les usages du jardin et de la Tour Eggevoort.

A l’heure actuelle, nous pouvons espérer que la dynamique du carré Eggevoort dépasse le statut symbolique d’une initiative collective des habitants.
il s’agirait alors dans cette zone, de faire collaborer les différentes parties prenantes sur un enjeux moins dissensuel que d’autres situations territoriales du Quartier Léopold, mais malgré tout, assez représentatif de la complexité bruxelloise.


***

Retrouvez les épisodes précédents :

Le Parc Léopold est-il en danger ?

La bibliothèque Solvay

La délégation de Bavière


[1] Nous vous encourageons à visiter le site du collectif PUM

[2] Téléchargez ci-dessous l’avis en pdf, remis par la coordination associative à Beliris au mois de mars.

PDF - 4.9 Mo
Avis de la coordination

Voir en ligne : http://www.quartier-europeen.eu/LA-...

La revue du web

La revue du web

Dernier ajout : 24 juillet.