Inter-Environnement Bruxelles

L’énergie nucléaire, y avez-vous déjà VRAIMENT réfléchi ?

Publié le mercredi 16 mars 2011, par I E B
Version imprimable

Tags :

Panique à bord ! Poussé dans le dos par les événements dramatiques que vit le Japon, le gouvernement belge a décidé de geler le débat sur la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires belges, le temps d’effectuer des « stress tests » sur l’ensemble des centrales, comme le recommande l’union européenne.

L’énergie nucléaire, y avez-vous déjà VRAIMENT réfléchi ? · Panique à bord ! Poussé dans le dos par les événements dramatiques que vit le Japon, le gouvernement belge a décidé de geler le débat sur la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires belges, le temps d’effectuer des « stress tests » sur l’ensemble des centrales, comme le recommande l’union européenne.

L’Allemagne va plus loin encore, après avoir pratiquement décidé de prolonger la durée de vie des centrales allemandes, la chancelière allemande Angela Merkel a annoncé ce mardi la fermeture immédiate, pour trois mois, des sept réacteurs nucléaires les plus anciens du pays.

Si l’on fait abstraction de l’enfer que vivent les Japonais, ces décisions ne manquent pas de piment. Les centrales nucléaires belges, par exemple, sont censées avoir toutes été calculées pour résister à des tremblements de terre ou des chutes d’avions sur le bâtiment du réacteur ou à des surpressions importantes dans les différents circuits de refroidissement. Elles font l’objet d’une révision décennale, dont l’objectif fondamental, selon l’agence fédérale de contrôle nucléaire, est « de s’assurer au moyen d’une évaluation globale que le niveau de sûreté de l’installation ne s’est pas dégradé et de vérifier si les mesures adéquates ont été prises pour non seulement conserver ce niveau mais également l’améliorer ».

Malheureusement, les centrales japonaises ont été conçues pour résister à des sollicitations autrement plus importantes que les spectres sismiques normalisés utilisés pour les calculs de résistance des centrales belges. Cela n’a pas empêché la catastrophe...

Il est également troublant de constater l’empressement du gouvernement à geler le débat alors qu’en réalité, seule sa situation « en affaires courantes » l’empêchait de signer un accord de prolongation de la durée de vie des trois réacteurs les plus anciens. La décision était valable il y a un an et ne l’est plus aujourd’hui ?

La réalité, c’est que le gouvernement n’est pas certain de la sureté des centrales, et la catastrophe japonaise démontre qu’il ne pourra jamais l’être à 100%.

Ces paradoxes révèlent une réalité inquiétante. La question nucléaire est d’une telle technicité que les acteurs compétents se comptent sur les doigts de la main. En Belgique, ils sont tous regroupés dans une asbl, le forum nucléaire (www.forumnucleaire.be), qui investit massivement dans des campagnes de communication pro-nucléaires (à l’instar du visuel qui agrémente cet article : le ravissant sac-à-dos de la non moins ravissante jeune femme est censé symboliser un fût de déchets radioactifs). En 2009, le forum nucléaire avait défrayé la chronique en lançant une coûteuse campagne de communication, obligeant l’Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles (ONDRAF), présent dans le forum au travers de sa filiale Belgoprocess, et l’Institut des radioéléments (IRE), deux organismes publics, à se retirer du groupe sous la pression de l’opinion publique.

L’industrie nucléaire est un gros business, la totalité des sociétés spécialisées actives sur ce marché n’ont nullement intérêt à voir la source se tarir. Le gouvernement non plus, tout alléché qu’il est de pouvoir capter une partie de la rente nucléaire.

Alors, quels vont être les résultats des stress tests ?

L’énergie nucléaire, y avez-vous déjà VRAIMENT réfléchi ?

Contact : Mathieu Sonck

JPEG

Pour aller plus loin


Actions

Dernier ajout : 4 avril.