Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

L’Humanitude au pouvoir - Comment les citoyens peuvent décider du bien commun

Publié le mercredi 28 septembre, par Biosphère

Introduction

Il faut se débarrasser des idées convenues qui confondent élections libres et démocratie. L’élection correspond à un système délégataire plutôt que représentatif, avec des élus inamovibles jusqu’à la fin de leur mandat. On peut même dire que, sans les associations de citoyens, presque rien n’arriverait pour moraliser la vie publique et aller vers le bien commun : les plantes transgéniques seraient dans nos assiettes, on construirait davantage de centrales nucléaires et on exploiterait le gaz de schiste, les biberons seraient toujours garnis de bisphénol A et les champs arrosés de pesticides les plus dangereux. Les lobbies séviriane ans entrave dans les parlements nationaux et européens, on ne parlerait pas des paradis fiscaux ou du cumul des mandats électifs, etc. De plus l’élection n’est pas un mandat pour décider de l’usage d’innovation que les élus ne comprennent pas mieux que leurs administrés et beaucoup moins bien que certains d’entre eux.

Mais on peut aussi faire de la politique autrement. Un changement de perspectives dans les modalités de la démocratie est possible et bien argumenté par Jacques Testard dans son livre.

Voir en ligne : Biosphère

Lectures

Lectures

Dernier ajout : 5 décembre.