Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Il faut retirer Paris de la course folle aux Jeux olympiques

Publié le mercredi 10 mai, par Fabien Ollier, Jean-Marie Brohm

Par Jean-Marie Brohm, professeur émérite de sociologie à l’Université Montpellier III et Fabien Ollier, directeur de publication de la revue « Quel Sport ? » — 10 mai 2017 à 13:53
Anne Hidalgo (3e à droite), à Paris, lors d’un discours pour le lancement officiel de la candidature de sa ville aux Jeux olympiques de 2024, ce mardi. Photo François Guillot. AFP
Estimant que l’événement aura un impact négatif sur l’économie du pays, des intellectuels et des associations appellent Anne Hidalgo à retirer la candidature de la capitale aux JO 2024.

Il faut retirer Paris de la course folle aux Jeux olympiques

Madame Hidalgo, il fut un temps où vous estimiez qu’il n’était ni raisonnable ni acceptable de s’engager dans la « course [olympique] au toujours plus qui a laissé des éléphants blancs et des situations d’endettement dans des villes ». Vous déclariez : « Je n’ai pas porté ce projet dans ma campagne. Les Parisiens attendent de moi du logement, des équipements, de la justice, de la facilité économique. »

Vous affirmez à présent que le budget des Jeux olympiques 2024, évalué à 6,2 milliards d’euros dont 1,5 milliard à la charge de l’Etat et des collectivités territoriales, sera maîtrisé. Cet optimisme ne saurait cacher que les grands chantiers provoquent systématiquement l’explosion des budgets initiaux. La Philharmonie de Paris, le MuCem de Marseille, le musée des Confluences de Lyon ont vu leur coût quintupler pendant les travaux. Comment croire qu’un budget olympique de cette ampleur ne sera pas dépassé quand ceux de Paris Plages des années 2012 et 2013 font aujourd’hui l’objet d’une information judiciaire pointant « les défaillances dans la gestion administrative et financière de cette opération » et soupçonnant même un délit de favoritisme, comme le rapporte le Canard enchaîné du 1er mars 2017 ? Il ne s’agissait pourtant là que de dépenses de 1,28 et 1,5 millions d’euros prises en charge par les entreprises « partenaires ».

Voir en ligne : Libération.fr

Ailleurs

Ailleurs

Dernier ajout : 27 mai.