Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Brèves

Horreurs d’ailleurs

Publié le lundi 27 juin, par IEB

À Toulouse, à Istanbul, à Grignon (Yvelines), à Grenoble ou à Rio…

Toulouse : La justice inflige un revers au promoteur d’un méga-centre commercial
Lancé il y a plus de 10 ans maintenant, en décembre 2005, le projet de centre commercial de Val Tolosa, à Plaisance-du-Touch dans la banlieue toulousaine, a subi un revers : le tribunal administratif de Toulouse vient en effet d’annuler l’arrêté préfectoral du 29 août 2013 qui autorisait la destruction d’une centaine d’espèces protégées sur l’emprise du site et à compenser les atteintes environnementales par l’achat de terres situées à proximité.
Une décision qui pourrait mettre un nouveau coup d’arrêt au projet relancé par un accord entre les différentes parties, notamment le promoteur et le conseil départemental de Haute-Garonne au sujet des routes d’accès, intervenu le 31 mars dernier.
Un accord que les associations et collectifs contre le projet avaient condamné.
Source : http://reporterre.net.

Le projet de construction sur le parc Gezi relancé en Turquie
Si la première étape de la piétonisation de la place Taksim au centre d’Istanbul avait rencontré l’opposition de militants écologistes et de riverains, avant de se muer en une contestation plus large de la politique gouvernementale en 2013, les projets d’aménagement de la place n’avaient pu être d’avantage approfondis jusque-là.
En déclarant nulle une précédente décision qui mettait fin aux projets immobiliers sur l’emplacement du parc Gezi, près de la place Taksim, le Conseil d’Etat vient de leur octroyer une seconde vie. Cette décision récente va-t-elle remettre le feu aux poudres ?
M. Erdogan, qui dirige la Turquie sans partage depuis 2003, est régulièrement critiqué pour ses projets de construction grandioses, comme le troisième aéroport d’Istanbul et, plus récemment, son nouveau palais présidentiel à Ankara, dont le prix estimé à 490 millions d’euros suscite une vive controverse.
Source : http://aujourdhuilaturquie.com.

Le PSG menace de bétonner trois cents hectares de terres historiques
Site d’une grande richesse géologique, le domaine de Grignon (Yvelines) est un lieu de recherche historique agronomique, poumon vert de bonnes terres. Mais l’Etat veut vendre le terrain, sans doute au club de football Paris-Saint-Germain.
La résistance grandit contre ce nouveau gaspillage de terres.
Source : http://reporterre.net.

Grenoble se désengage du projet controversé de ligne à grande vitesse Lyon-Turin
Coup dur pour la ligne à grande vitesse reliant Lyon à Turin, un projet d’infrastructure gigantesque déjà vieux de vingt-cinq ans. Le 18 avril au soir, la majorité écologiste et citoyenne de la ville de Grenoble a voté le désengagement du protocole de financement signé par la majorité socialiste précédente.
130 millions d’euros, c’est ce que devaient verser ensemble le département de l’Isère, la communauté d’agglomération et la ville de Grenoble dans la future ligne TGV. Avec ce vote actant son retrait, Grenoble est la première collectivité à se désengager.
Une manière pour la ville d’affirmer « son soutien au développement d’alternatives moins coûteuses et plus efficaces ».
www.bastamag.net.

À l’approche des JO 2016, Rio rase ses favelas indésirables
À ce jour, et un an avant l’ouverture des Jeux prévue le 5 août 2016, plus de 80 % des maisons du quartier Vila Autodromo à Rio ont été anéanties. Devenue, au fil des manifestations, le symbole de l’appétit immobilier carioca et des excès olympiques, Vila Autodromo avait même remporté un prix international patronné par la Deutsche Bank pour un contre-projet urbain élaboré par des professeurs et chercheurs de l’Université fédérale de Rio (UFRJ). En vain. L’ordre d’expulsion des lotissements, signé en mars 2015 par le maire de Rio Eduardo Paes, a précipité sa fin. L’intense et parfois brutale pression exercée par les autorités à laquelle se sont ajoutées des incitations financières toujours plus élevées, auront fait le reste.
Le Brésil, qui doit jongler avec deux chantiers pharaoniques, voit s’amonceler les critiques sur ses stades de football et ses infrastructures olympiques (11 ouvriers sont déjà morts depuis l’année dernière). Certains chantiers des JO 2016 – qui auront lieu du 5 au 21 août – ont pris du retard, et l’inspection du travail exprime ses inquiétudes quant à l’accélération du rythme, qui pourrait faire d’autres victimes.
Sources : À un an des JO, Rio rase ses favelas indésirables (Le Monde).
Brésil : onze morts sur les chantiers des Jeux olympiques de Rio depuis 2013 (Le Monde).

BEM n°282 – Mai-juin 2016

BEM n°282 – Mai-juin 2016

Dernier ajout : 28 septembre.