Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Fossiliser les projets de centres commerciaux

Publié le mercredi 9 décembre 2015, par IEB

Tandis que nos élus se crêpent le chignon sur leurs engagements respectifs dans le cadre de la COP21, un projet gros émetteur de carbone vient encore de prendre du galon, le projet de centre commercial Uplace.

En effet, c’est ce mercredi 2 décembre que le gouvernement flamand a donné son feu vert au projet de 55 000 m² de superficies commerciales et de loisir. Pourtant les détracteurs et les critiques sont légions contre le projet immobilier qui viendra s’implanter en périphérie de la Région bruxelloise à quelques kilomètres à peine de deux autres projets de centres commerciaux : NEO au Heysel (voir suite de l’article) et Docks Bruxsel au pont Van Praet.

Rien que sous l’angle de la mobilité, le projet grille tous les engagements climatiques. Pour rappel, des chercheurs de l’Université de Gand avaient démontré qu’au moins 85% des visiteurs de Uplace s’y rendront en voiture – alors que les auteurs du projet tablaient sur 40%. Certes le gouvernement flamand conditionne la réalisation du projet à la création d’une gare RER et de nouvelles lignes de bus. Mais l’on sait d’ores et déjà que ces palliatifs seront largement insuffisants dès lors que l’étude d’impact environnemental du Vlaams Strategisch Gebied rond Brussel soulignait que le trafic supplémentaire généré par les trois projets de centres commerciaux sera impossible à absorber malgré tous les investissements supplémentaires prévus, dont la gare RER et les lignes de transports en communs supplémentaires (Voir notre communiqué : Créer trois centres commerciaux rend nul et non avenu tout investissement dans la politique de mobilité).

Mais heureusement, le Conseil d’État est là pour rééquilibrer la balance climatique. En effet, tandis que le projet Uplace passait la rampe (du moins temporairement), le projet NEO se faisait recaler par nos gardiens de la légalité des décisions administratives. En avril 2015, l’auditeur du Conseil d’État avait déjà rendu un avis au détriment de NEO considérant que le changement d’affectation du sol pour permettre le développement du projet n’était pas suffisamment motivé. Avant la modification apportée au PRAS, le plateau du Heysel était décrit comme une « zone d’intérêt collectif », ce qui permettait l’aménagement d’un centre de congrès, de logements et de zones récréatives, mais pas la construction d’un grand centre commercial. Afin de permettre la construction du Mall of Europe d’une surface de 72 000 m², la Région bruxelloise a donc modifié l’affection en « zone d’intérêt régional » (ZIR) lors de l’adoption du PRAS démographique (sur le sujet lire : Une coalition de résistance inédite face aux centres commerciaux).

Ce 7 décembre, le Conseil d’État a suivi l’avis de son auditeur en précisant les griefs : la Région n’a pas cherché d’autre implantation pour construire de centre commercial dans sa périphérie Nord, des solutions alternatives raisonnables pour l’aménagement du site du Heysel n’ont pas été examinée, la suppression de l’obligation d’introduire une demande d’autorisation globale pour l’ensemble du site du Heysel n’a pas fait l’objet d’une étude d’incidences sur l’environnement et enfin, les solutions aux problèmes conséquents de mobilité générés par le projet n’ont pas été suffisamment examinées.

Il ne s’agit pas de critiques mineures mais de questions fondamentales qui doivent présider à l’élaboration de tout projet urbain et qui ne sauraient être résolues – comme semble le prétendre la Ville de Bruxelles – par un simple tour de passe-passe juridique.

Affirmer qu’un projet immobilier assurera le développement économique d’un territoire ne suffit pas – encore – fort heureusement pour qu’ipso facto sa légalité et sa pertinence soient établies. Qu’ils soient le fruit d’acteurs privés (Uplace) ou d’autorités publiques (NEO), les projets doivent être sérieusement motivés notamment au regard des exigences environnementales. A défaut, nous mériterons encore longtemps le prix fossile !


Actions

Dernier ajout : 9 décembre.