Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Formalité administrative ?

Publié le lundi 20 décembre 2010, par IEB

Au bout des 60 jours légaux, la commission de concertation de Bruxelles-Ville remet sur le fil un avis qui n’en n’est pas vraiment un relatif au projet de PPAS « Pacheco ».

Le 13 octobre dernier, le projet de Plan Particulier d’Affectation du Sol n° 07-02 était soumis à discussion en commission de concertation à Bruxelles-Ville.

Bruxelles-Ville : PPAS Pacheco. Enquête publique sur l’approbation du projet de Plan Particulier d’Affectation du Sol n° 07-02 « Pacheco ». Pour rappel, l’objectif recherché est la mixité de fonctions sur le site. Le projet proposé prévoit : 80 644 m² de logements (dont 30% de logements conventionnés), 7 443 m² de commerces, 272 683 m² de bureaux (dont la tour des finances), 13 500 m² d’équipements (dont une école et une crèche), 2 551 m² d’hôtel pour un total de 376 821 m². Le projet comprend également la rénovation du jardin Pechère.

Le projet présenté tentait de faire le grand écart entre la demande des promoteurs et la logique de bon aménagement des lieux. Il avait été fort critiqué par les riverains et les associations, mais aussi par les propriétaires du site eux-mêmes.

L’avis rendu in-extrémiste par la commission de concertation traduit les tensions qui existent et la manière dont les autorités publiques sont tiraillées entre l’intérêt général qui doit viser le bon aménagement des lieux et les intérêts des propriétaires du site qui visent une densification et une rentabilité maximale.

En substance, la commission de concertation demande que le projet de PPAS soit revu et rencontre en cela un grand nombre de nos revendications, à savoir :

  • Une réduction de la densité (mais de combien ?)
  • Une révision de l’implantation et du gabarit du bâtiment A4 (que nous aimerions voir complètement disparaître).
  • Un réexamen des zones de cours de récréation, de plaines de jeux publiques, de circulations verticales, d’écoles,...
  • Une diminution des emplacements de parkings proportionnelle à la diminution de la densité.
  • ...

Le problème est qu’elle ne se donne pas vraiment les moyens d’aboutir à ce résultat dans la mesure où elle demande également à revoir la question de l’obligation pour le promoteur d’introduire une demande de permis unique pour la totalité du site. La commission de concertation cède en cela à une des demandes des propriétaires qui se sont vivement opposés à ce point. Rappelons qu’ils ont obtenu en 2009 un permis pour la réalisation d’un peu moins de 70 000 m² de bureau (portant le total de la superficie de bureaux existants sur le site à plus de 270 000 m² – cf la Tour des Finances et quelques autres bâtiments déjà en service). Or le PRAS impose un minimum de 35% de logements sur le site. Ce premier permis condamne donc dans les faits le site à une sur-densification.

Le seul moyen d’aboutir à un projet heureux et sensé pour la zone est effectivement de revoir à la baisse les surfaces de bureaux autorisées, voire de les supprimer totalement, d’autant plus qu’il est loin d’être sûr qu’elles trouvent un candidat occupant, alors que l’on manque tant de logements par ailleurs, et particulièrement de logements pour les couches les plus démunies de la population.


Présence IEB

Dernier ajout : 26 septembre.