Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Les territoires de l’autochtonie. Penser la transformation des rapports sociaux au prisme du « local »

Publié le jeudi 6 juillet, par Hugo Juskowiak

Inspiré par les travaux de Michel Bozon et Jean-Claude Chamboredon, la notion de « capital d’autochtonie » prend corps sous la plume de Jean-Noël Retière dans sa thèse sur les ouvriers de Lanester, dans les années quatre-vingt-dix. Ce concept, que Nicolas Renahy définit comme « l’ensemble des ressources que procure l’appartenance à des réseaux de relations localisés » (p. 11), connaît actuellement un regain d’intérêt, en raison du regard nouveau que portent les chercheurs sur l’autochtonie notamment dans le monde du travail. En effet, alors qu’un « nouvel esprit du capitalisme », tend à faire de la mobilité – entendue comme synonyme de dépaysement, de déracinement, bref, d’allochtonie – un levier incontournable pour favoriser l’employabilité, des chercheurs comme Anne-Catherine Wagner, par exemple, affirment au contraire que « la mobilité n’est pas incompatible avec certains modes d’enracinement locaux et avec l’accumulation de ressources d’autochtonie » (p. 10). Dans cette lignée, ...

Voir en ligne : http://lectures.revues.org/23155

info portfolio

Lectures

Lectures

Dernier ajout : 19 novembre.