Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Frontières urbaines. Les mondes sociaux des copropriétés fermées

Publié le mardi 22 mars, par Thomas Le Guennic

Les gated communities fascinent autant qu’elles révulsent. La thèse est connue. Ces « quartiers résidentiels dont l’accès est contrôlé, interdit aux non-résidents, et dans lesquels l’espace collectif (rues, trottoirs, parcs, terrains de jeu...) est privatisé », cristalliseraient les enjeux sociaux de la ville globale. On y lirait la fin de la solidarité organique de la ville industrielle – celle de l’École de Chicago – fondée sur la coexistence de groupes sociaux selon un mode « ensemble mais séparés » : ensemble dans la production et la redistribution des richesses, mais séparés dans l’habitat. Manifestant un mouvement d’« enclosure résidentielle », les communautés fermées objectiveraient la mutation des stratifications sociales. Elles fourniraient l’illustration parfaite de l’essor des inégalités urbaines et du sentiment d’insécurité, conduisant au séparatisme des élites, tout autant social que spatial. Avec elles, l’on passe de la lutte des classes à la lutte des places. Dès lors...

Voir en ligne : http://lectures.revues.org/20416

info portfolio

Lectures

Lectures

Dernier ajout : 1er octobre.