Inter-Environnement Bruxelles

Étude

Du « grand piétonnier » au projet urbain et métropolitain : atouts et défis pour le centre de Bruxelles

Publié le mardi 20 octobre, par Isabelle Marchal, Mohamed Benzaouia
Version imprimable

Photo : karmakolle

Le BSI-BCO vient de présenter les résultats de quatre années de recherche, commandées et financées par la Ville de Bruxelles, sur l’impact de la piétonisation des boulevards centraux et sur le développement du centre-ville métropolitain. À la première lecture du document de synthèse publié par la revue « Brussels Studies », il est frappant de relever qu’un nombre significatif de critiques, formulées à l’époque par ceux que l’on pourrait appeler « les partisans de zones piétonnes mais opposants à CE piétonnier », ont été, sinon entendues, du moins listées.

On y parle ainsi du danger de touristification du centre-ville, du risque de report du trafic sur les rues voisines, de modification du tissu social, commercial et économique, d’espace public en danger de mono-fonctionnalité. Autant de critiques largement reprises ou développées par IEB, au sein de la Platform Pentagone, dès le début du processus pour le moins autoritaire de sa mise en place, mais qui n’avaient pas influé sur le cours des choses et dont la plupart avaient été rejetées ou assimilées à des postures passéistes et pro-voitures.

Il semble donc que ces critiques soient aujourd’hui devenues audibles et recevables... du moins pour les habitant·e·s de demain, puisqu’il est beaucoup question « d’assurer l’attractivité résidentielle » et de « revitalisation » du centre-ville. Comme si, avant le piétonnier, le centre-ville était inhabité (alors qu’il est l’un des quartiers les plus densément peuplés de la Région), comme si, avant le piétonnier, le centre-ville était morne et sans vie au-delà des heures d’ouverture des magasins. Las, ce projet s’adresse donc à de "nouveaux acteurs".

« Choyez l’habitant.e de demain (de classe moyenne ou aisée) », tel est le message à la Ville qui apparaît en filigrane de la note de synthèse réalisée dans le cadre de l’Observatoire du piétonnier (qui étudie l’évolution du centre-ville de Bruxelles, depuis la mise en piétonnier d’une partie des boulevards centraux) et publiée dans la Revue Brussels Studies.

Un message que la Ville n’aura pas attendu pour nier et malmener l’habitant·e d’aujourd’hui (ou déjà d’hier), de classe essentiellement modeste. Exactement ce que les opposant·e·s dénonçaient, dès les premières heures de ce projet de centre-ville « apaisé »... Au risque de nous répéter, pas pour tout le monde.


Mohamed Benzaouia - Isabelle Marchal

Brussels Studies


À lire

Dernier ajout : 24 novembre.