Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Droit de réponse

Droit de réponse de la Ville de Bruxelles sur l’article « Archimède : un PPAS à l’initiative conjointe de la Ville et des habitants »

Publié le jeudi 20 janvier 2011, par I E B

Droit de réponse de la Ville de Bruxelles sur l’article « Archimède : un PPAS à l’initiative conjointe de la Ville et des habitants » publié dans le Bruxelles en mouvements consacré à « L’autre quartier européen » - n°243 – 10 décembre 2010.

La Ville souhaite réagir suite à l’article sur le PPAS Archimède. Premièrement, sur le fait qu’il ait fallu attendre 10 ans pour obtenir un PPAS et deuxièmement, sur le fait que les habitants aient été « très peu sollicités ». Depuis la présentation de la demande du GAQ (en présence d’IEB) en 2006, jusqu’à son élaboration et son approbation par le Gouvernement en tant que projet de PPAS, le 17-12-2009, le PPAS Archimède a mis 3 ans pour être élaboré. Certes c’est long, mais on est loin des 10 ans mentionnés dans l’article.

La Ville est particulièrement sensible aux préoccupations de ses habitants. Tout au long de l’élaboration de ce PPAS, nous avons à plusieurs reprises rencontré le GAQ, pour leur présenter l’état d’avancement du PPAS Archimède. Pas moins de 3 réunions ont été organisées par le GAQ en présence de leurs membres, durant lesquelles des documents étaient également transmis. Et c’est sans compter les nombreux échanges de courriel auxquels une réponse a toujours été donnée.

En ce qui concerne l’avis de la Commission de concertation, il a été reporté parce qu’en cours d’enquête publique, un nouvel arrêté (AG 30-09-2010), en complément du Cobat, était apparu, désignant une nouvelle liste d’instances à consulter, ce qui reportait le délai de 30 jours avant d’avoir un nouvel avis de la Commission de concertation.

Le PPAS Archimède est le premier PPAS parmi une série, deux autres suivront « Saint-Quentin » et « Véronèse ». Il est dommage que les efforts consentis par la Ville, en termes d’engagement et de temps soient ainsi niés et même contredits. La Ville s’inquiète du peu de fiabilité des sources au sein de Bruxelles en mouvements.

CHRISTIAN CEUX
ECHEVIN DE L’URBANISME ET DE LA MOBILITÉ

Le commentaire d’IEB

L’erreur de date est regrettable et ne doit pas être imputée aux habitants. C’est une coquille du rédacteur.Mais que cette erreur n’occulte pas le fait que les habitants du quartier européen attendent depuis bien plus que 10 ans un cadre légal protégeant leur quartier.

Le PPAS Archimède est un premier pas de la Ville qu’IEB ne manquait pas de saluer dans son article. Et les habitants qui n’habitent pas dans ce périmètre sont toujours en attente des PPAS promis.

Par ailleurs, on le sait, organiser la participation des habitants dans un projet de ce type, de longue haleine, est difficile. Trois réunions publiques, c’est bien, mais c’est un minimum. Les contacts interpersonnels entre des habitants et l’administration sont probablement plus productifs pour celle-ci mais posent manifestement un problème pour les habitants qui en sont exclus.

BEM n°244 – 20 janvier 2011

BEM n°244 – 20 janvier 2011

Dernier ajout : 10 décembre.