Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Dix-huit aéroports français changent de mains

Publié le lundi 2 janvier, par Franck Bouaziz

Une fonds d’investissement, associé à un ex-dirigeant de Bouygues, espère rendre l’activité rentable dans des aéroports régionaux dont les comptes sont souvent déficitaires.

Annecy, Reims, Nîmes et seize autres petits aéroports régionaux (1) ont un nouveau propriétaire depuis vendredi. Ils ont été rachetés pour un montant non dévoilé par un tandem constitué par le fonds d’investissement français Ciclad et un ex-ingénieur de chez Bouygues reconverti en homme d’affaires, Jean-Louis Schnoebelen. Le vendeur est un groupe canadien, SNC-Lavalin, désireux de céder ses activités françaises. Cette entreprise, basée à Montréal, semblait ne plus avoir beaucoup d’intérêt pour sa filiale, située dans l’Hexagone depuis un certain temps. Il est vrai que la société canadienne a subi il y a trois ans les foudres de la Banque mondiale, après des soupçons de corruption au Bangladesh et au Cambodge. Elle a ainsi été exclue, pour une période de dix ans, de l’ensemble des appels d’offres internationaux financés par la Banque mondiale.

L’opération de vente porte au total sur dix-neuf aéroports, dont un situé en Espagne, mais également sur des activités d’ingénierie, essentiellement au service du bâtiment et des travaux publics. L’ensemble réalise 140 millions d’euros de chiffre d’affaires et emploie 1 100 salariés « qui seront intégralement repris », précise à Libération Didier Genoud, l’un des associés du fonds d’investissement Ciclad. Les repreneurs ont cependant du pain sur la planche car ces aéroports secondaires affichent, pour la plupart, des comptes déficitaires.

Voir en ligne : Libération.fr

Ailleurs

Ailleurs

Dernier ajout : 17 août.