Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Chronique d’une gentrification annoncée

Publié le mercredi 3 juillet, par gwen

La place Fernand Cocq, dont IEB avait soutenu le combat des riverains pour éviter la fermeture du café Le Coq, faisait l’objet, cette semaine, d’un article dans le "Moustique", intitulé "Quand le renouveau d’un quartier pousse les petits commerçants historiques à fermer leurs portes".

Le cas de cette place, de ce quartier, n’est pas unique à Bruxelles, et le scénario commence à être bien rôdé mais pas forcément connu de tous, d’autant qu’il commence souvent par un programme alléchant !

Au stade du projet, (en général, déjà bouclé, mais où vous pourrez vous exprimer sur la couleur des bancs), on vous parle de "réaménagement", de quartier qui doit "réussir sa mue", "ressusciter" ou qui "mérite des améliorations", on vous convie à des séances d’infos, appelée "participation", où, images de synthèse à l’appui, ambiance lumière rasante de fin de journée et chaudes couleurs automnales, on s’emploiera à vous convaincre que ce projet est celui qui vous attendiez, sans même en avoir conscience, et que ceux qui pensent le contraire sont des oiseaux de mauvaise augure, des jamais contents, des agitateurs.

Au fil du temps et de la réalisation du projet, il vous faudra pourtant vous rendre à l’évidence et comprendre que, commerçants ou habitants, les plus petits/faibles/pauvres/ seront les premiers, mais certainement pas les derniers, à être chassés/découragés/poussés à partir pour faire place à de nouveaux visiteurs/commerçants/habitants à "meilleure capacité contributive".
Comprendre que vous serez peu à peu dépossédés de vos lieux de vies, de vos repères, de vos petits cafés sympas, bientôt aux mains de puissantes multinationales, privés de toutes ces petites choses qui font que vous aimez votre quartier, que les arbres que vous avez vu grandir ou embellir seront bientôt abattus (on les accusera d’être malades) et remplacés par des céleris "d’essences différentes parce que c’est bon pour la biodiversité". Dans un environnement que vous ne reconnaissez plus, on organisera des "animations supercool" (cours de Taiji, dans ce cas) et "gratuites" (donc payées avec vos impôts), afin de donner une image "positive" d’un quartier en train de devenir The Place to be du Monde mondial...

Bref, on vous fera sentir, peu à peu, que vous êtes étranger dans votre propre quartier et que si ça ne vous convient pas, la porte de sortie est ouverte. A l’entrée, ça se bouscule déjà au portillon et, preuve que le quartier "revit", les annonces d’appartements/studios/flats à louer sont publiées en anglais.

Alors quand on vous parlera de "réaménagement", de quartier qui doit "réussir sa mue", "ressusciter" ou qui "mérite des améliorations", n’en croyez surtout rien, formez un comité de quartier, faites-vous entendre et rejoignez-nous...


Divers

Dernier ajout : 21 juillet.